Braquage de Kim Kardashian: La star «pourrait être confrontée» à ses présumés agresseurs

ENQUETE « Cela pourrait être nécessaire pour les investigations, mais ce sera au juge d’instruction de décider », a expliqué son avocat…

H. B.

— 

Kim Kardashian.
Kim Kardashian. — WENN

L’enquête sur le braquage dont a été victime Kim Kardashian a pris ce lundi une nouvelle tournure. Un vaste coup de filet dans le milieu du grand banditisme a permis l’arrestation de 17 personnes. Pour faire avancer l’enquête, Jean Veil, l’avocat de la star américaine, n’exclut pas l’éventualité d’une confrontation judiciaire.

Interrogé par L’Express, l’avocat « pense que (sa) cliente va être réentendue à nouveau par les enquêteurs, voire être confrontée aux suspects arrêtés. Cela pourrait être nécessaire pour les investigations, mais ce sera au juge d’instruction de décider ».

« Un terme aux spéculations indignes »

« Soit il voudra que ce soit en personne, soit sur des photos. C’est une possibilité », a précisé Jean Veil, qui salue, comme sa cliente, « le beau travail de la police et de l’institution judiciaire » qui ont œuvré dans « la plus grande confidentialité ».

L’avocat estime par ailleurs que ces arrestations mettent un « terme aux spéculations indignes de certains, qui ont cru intelligent de prétendre que ce braquage était une mise en scène ou une opération de publicité de madame Kardashian ».

>> A lire aussi : Le veilleur de nuit, renvoyé en Algérie, veut revenir pour aider les enquêteurs

Dans la nuit du 2 au 3 octobre, la vedette ultramédiatisée de 36 ans s’était fait braquer par cinq hommes armés dans une discrète résidence hôtelière de luxe du centre de Paris, où elle était venue assister à la Fashion Week. Après l’avoir ligotée, bâillonnée et enfermée dans la salle de bains, ils étaient repartis avec une bague d’une valeur de quatre millions d’euros et un coffret de bijoux pour un montant de cinq millions.