Migrants «harcelés»: Bruno Le Roux défend les policiers

SOCIETE Le ministre de l’Intérieur a réagi dimanche aux propos de l’ONG qui a accusé samedi la police de « violences » envers les migrants à Paris…

20 Minutes avec AFP

— 

Des policiers lors du démantèlement d'un camp de réfugiés à Saint-Denis, le 16 décembre 2016.
Des policiers lors du démantèlement d'un camp de réfugiés à Saint-Denis, le 16 décembre 2016. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

« Il faut arrêter ce sport national de mise en cause des policiers », a déclaré Bruno Le Roux lors du Grand jury RTL-LCI-Le Figaro, ce dimanche. Le ministre de l’Intérieur a défendu le travail des policiers à Paris, accusés par Médecins sans frontières (MSF) de se livrer à du « harcèlement » et des « violences » contre les migrants en errance dans la capitale.

« Des pratiques inacceptables », selon MSF

« Je ne partage absolument pas cette vision », a-t-il insisté, alors que MSF a accusé samedi les policiers de disperser parfois les migrants à coup de gaz lacrymogènes et de leur confisquer leurs couvertures. Des « pratiques inacceptables » qui « mettent en danger » leur vie en plein hiver, déplorait l’ONG.

« Ce que font aujourd’hui les forces de police, c’est de la mise à l’abri de personnes qui sont vulnérables », a rétorqué Bruno Le Roux, en reconnaissant que « quelquefois, il peut y avoir une forme de contrainte à mettre à l’abri quelqu’un ».