Les infos du matin: Vivarte dans la rue, Fillon au CES, agression en direct sur Facebook

RECAP' « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin…

M.P.

— 

L'enseigne La Halle, qui appartient au groupe Vivarte. Photo d'illustration.
L'enseigne La Halle, qui appartient au groupe Vivarte. Photo d'illustration. — DR

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Les salariés de Vivarte dans la rue

Inquiets des rumeurs de plan social, les salariés du groupe Vivarte se réunissent ce jeudi devant le ministère de l’Economie, à l’appel de l’intersyndicale, avant d’être reçus à Bercy. En difficulté depuis des années, le plus grand groupe de textile français pourrait enclencher un 5e plan de restructuration, qui aboutirait à la vente de l’enseigne André, à la fermeture d’une centaine de magasins avec 400 suppressions de postes à la clé. Une vendeuse témoigne auprès de 20 Minutes.

 

Fillon à Las Vegas

Le Consumer Electronic Show (CES), la grand-messe annuelle de l’innovation en matière d’électronique, s’ouvre ce jeudi. La France sera plutôt bien représentée puisqu’avec 260 entreprises, c’est la deuxième délégation, derrière les Etats-Unis. Il y aura aussi dans les allées du plus grand salon du high-tech mondial quelques réflexions politiques puisque François Fillon doit y faire un tour ce jeudi, accompagné de NKM.

 

Agression en direct sur Facebook

Quatre personnes ont été arrêtées à Chicago après la diffusionn d’une vidéo sur Facebook où on les voit maltraiter un jeune homme en criant des insultes à connotation raciste. Les suspects, qui sont noirs, et la victime, qui est blanche, sont tous de jeunes adultes. Sur la vidéo, diffusée initialement par l’un des auteurs présumés des sévices, on voit les suspects rire pendant les sévices et crier de manière répétée : « Fuck Donald Trump ! Fuck white people ! ». La victime, qui souffrirait d’un handicap mental, a été enlevée par les suspects dans une banlieue de Chicago et conduite dans un quartier du sud-ouest de la ville où elle a été séquestrée entre 24 et 48 heures, a déclaré la police, selon laquelle l’un des suspects avait connu la victime à l’école.