Crash du vol EgyptAir: L'Egypte commence à rendre aux familles les dépouilles des victimes

CRASH Les 66 personnes à bord, dont 40 Egyptiens et 15 Français, avaient été tuées...

20 Minutes avec AFP

— 

Un avion de la compagnie EgyptAir.
Un avion de la compagnie EgyptAir. — Jed Leicester/Shutterst/SIPA

Le crash du vol MS804 d'EgyptAir était survenu le 19 mai. Plus de sept mois après, l'Egypte a commencé samedi à rendre à leurs familles les dépouilles des victimes, a annoncé la compagnie aérienne.

Le vol reliant Paris au Caire, s'était abîmé en Méditerranée après avoir soudainement disparu des écrans radars. Les 66 personnes à bord, dont 40 Egyptiens et 15 Français, avaient été tuées. Outre les Français, l'avion avait à son bord deux Irakiens, deux Canadiens et un ressortissant des pays suivants: Algérie, Belgique, Tchad, Grande-Bretagne, Portugal, Arabie saoudite et Soudan.

EgyptAir a indiqué dans un communiqué avoir commencé à «superviser la remise des restes des membres d'équipage du vol MS804» à leurs familles. Des responsables commenceront dimanche à rendre les restes des passagers égyptiens à leurs familles, ajoute la compagnie. Puis les restes des passagers français et d'autres nationalités seront remis à leurs proches, précise Egyptair, sans donner de date pour cette dernière opération.

Lenteur de l'Egypte à rendre les dépouilles

Mi-décembre, le procureur général égyptien avait ordonné la restitution des corps, alors que les familles de victimes dénonçaient depuis des mois la lenteur de l'Egypte à rendre les dépouilles.

Les causes du drame n'ont toujours pas été élucidées. Le 15 décembre, la commission d'enquête égyptienne avait affirmé avoir retrouvé des traces d'explosifs sur des restes de victimes.

Si Le Caire a toujours mis en avant l'hypothèse d'un attentat, les enquêteurs français privilégient la thèse d'un incident technique. Et selon le ministère français des Affaires étrangères, l'enquête se poursuit. Une des deux boîtes noires retrouvées a révélé que des alertes signalant de la fumée à bord s'étaient déclenchées avant le crash.

En octobre 2015, Daesh avait revendiqué un attentat à la bombe contre un avion transportant des touristes russes et qui avait décollé d'une station balnéaire égyptienne. Plus de 200 personnes avaient été tuées.