Etiquetage des plats cuisinés: Les industriels ont 3 mois de plus pour s'adapter

CONSOMMATION A partir du 1er janvier, l’origine des viandes présentes dans les plats préparés, ou du lait dans les briques ou produits laitiers, doit être obligatoirement annoncée. Mais les industriels ont trois mois supplémentaires pour écouler les stocks...

20 Minutes avec AFP
— 
Illustration d'un couple au supermarché.
Illustration d'un couple au supermarché. — F. DURAND /SIPA

Les industriels de l’agroalimentaire vont avoir quelques jours de plus pour se plier à la législation. Un délai supplémentaire de trois mois, jusqu’au 31 mars 2017, leur est accordé pour mettre en œuvre l’étiquetage de l’origine des viandes et du lait dans les plats cuisinés et produits laitiers, a indiqué ce jeudi le ministère de l’Agriculture.

La mesure, mise en place à titre expérimental pour deux ans à partir du 1er janvier, prévoit que l’origine des viandes présentes dans les plats préparés, ou du lait dans les briques ou produits laitiers, soit obligatoirement annoncée dès que la part de viande est supérieure ou égale à 8 % du poids d’un produit préparé et dès que la part de lait est égale ou supérieure à 50 % pour les produits laitiers.


« Eviter le gaspillage »

Le délai de 3 mois, qui avait été publié le 21 août au Journal officiel, est destiné à permettre aux industriels de s’adapter et d’écouler sur le marché les produits déjà étiquetés afin d'« éviter le gaspillage », a indiqué le ministère dans un communiqué.

Les consommateurs verront apparaître au cours de l’année sur les emballages des plats préparés les pays de naissance, élevage et abattage des animaux pour la viande, ou bien de collecte ainsi que de conditionnement ou de transformation pour le lait.

Lorsque l’ensemble des opérations se seront déroulées en France, la seule mention « Origine : France » pourra apparaître, ou « Origine : » suivi du nom du pays concerné.

« Faire reconnaître la qualité des produits agricoles et agroalimentaires français »

Selon le ministère, c’est « une opportunité majeure pour faire reconnaître la qualité des produits agricoles et agroalimentaires français, et une avancée concrète pour une meilleure information du consommateur », cet étiquetage n’étant auparavant obligatoire que pour les viandes fraîches, les fruits et légumes frais ou encore le miel.


Désormais, un burger congelé, une conserve de lentilles avec des saucisses, des yaourts confectionnés en France porteront obligatoirement cet étiquetage, souligne le ministère.

L’Association des entreprises de produits alimentaires élaborés (Adepale) a estimé le coût de cette opération pour les entreprises agroalimentaires à « plusieurs dizaines de millions d’euros ».

Selon l’association, le changement d’étiquettes « concernera au moins 3 à 4 milliards d’étiquettes pour les produits du périmètre de l’Adepale, plus le coût de la destruction d’étiquettes ou d’emballages non conformes ».