Attentat de Nice: Estrosi va porter plainte après un article de Mediapart sur les repérages du terroriste

POLEMIQUE Mediapart détaille les 11 passages faits dans les jours précédant l’attaque par Mohamed Lahouaieh Bouhlel sur la promenade des Anglais...

20 Minutes avec AFP

— 

Christian Estrosi lors d'un conseil municipal à Nice le 25 avril 2016.
Christian Estrosi lors d'un conseil municipal à Nice le 25 avril 2016. — BEBERT BRUNO/SIPA

Un « article à charge » et « une synthèse d’approximations ». Le premier adjoint LR à la mairie de Nice Christian Estrosi et la ville « portent plainte en diffamation » après la publication d’un article de Mediapart sur les repérages effectués par l’auteur de l’attentat commis le 14 juillet, a-t-on appris vendredi dans l’entourage de l’élu.

Dans cet article, Mediapart détaille notamment, sur la foi des images des caméras de vidéosurveillance de la ville, les 11 passages faits dans les jours précédant l’attaque par Mohamed Lahouaieh Bouhlel sur la promenade des Anglais au volant du poids lourd avec lequel il a tué 86 personnes le 14 juillet dernier -le tout sur un axe où la circulation des poids lourds est interdite.

Un selfie de Lahouaiej Bouhlel et Christian Estrosi?

Le journal en ligne publie également plusieurs images, dont des photos prises par l’auteur de l’attaque : parmi celles-ci, l’une est un selfie, pris selon Mediapart le 15 août 2015 sur la promenade des Anglais, de Mohamed Lahouaiej Bouhlel aux côtés de Christian Estrosi. Selon une source proche du dossier, cette photo fait partie des éléments que les enquêteurs ont retrouvé sur le compte Facebook du tueur.

« Alors que notre ville est toujours en deuil et qu’une enquête est en cours, Mediapart aurait-il eu accès à des images qui sont normalement protégées par le secret de l’enquête ? », s’est interrogé l’entourage de Christian Estrosi auprès de l’AFP, dénonçant un « article à charge » et « une synthèse d’approximations » et soulignant que Mediapart n’avait pas interrogé la ville.

>> A lire aussi : Cinq questions sur le bras de fer entre Bernard Cazeneuve et Sandra Bertin après l'attentat de Nice

Aucune plainte à ce jour

« Nous portons plainte sur ces propos scandaleux allant jusqu’à faire croire que Christian Estrosi aurait fait volontairement une photo avec le terroriste », a-t-on ajouté de même source. « Christian Estrosi ne laissera pas remettre en cause la compétence de ses agents de police municipale », a-t-on encore poursuivi : « La ville de Nice et Christian Estrosi portent plainte en diffamation ». Edwy Plenel, directeur de la publication de Mediapart, a déclaré n’avoir « reçu aucune plainte à ce jour ». Une violente polémique avait opposé immédiatement après l’attentat Christian Estrosi au ministère de l’Intérieur, alors encore dirigé par Bernard Cazeneuve, sur le dispositif de sécurité déployé le 14 juillet sur la promenade des Anglais.