Une mule de 14 ans originaire de Guyane arrêtée à Orly avec 456 grammes de cocaïne dans l’estomac

STUPEFIANTS Mise en examen et visée par une mesure éducative, l’adolescente a été placée auprès des services sociaux…

Vincent Vantighem

— 

Une femme en provenance de Guyane est emmenée à l'aéroport d'Orly pour vérifier qu'elle ne porte pas de drogue sur elle.
Une femme en provenance de Guyane est emmenée à l'aéroport d'Orly pour vérifier qu'elle ne porte pas de drogue sur elle. — JEROME MARS/JDD/SIPA

Tout a débuté au printemps dernier quand les gendarmes de la Section de recherches (SR) de Limoges (Haute-Vienne) ont découvert l’apparition sur le marché local d’une cocaïne de « très bonne qualité » et « à prix cassé ». L’ouverture d’une information judiciaire leur a permis de remonter une filière d’acheminement prenant sa source en Guyane, à près de 7.000 kilomètres de chez eux.

>> Reportage: A Orly, la douane piste les têtes de «mules»

Une adolescente de 14 ans a été interpellée, le 12 décembre à sa descente d’avion à Orly, en provenance de Cayenne, avec 51 ovules contenant, au total, 456 grammes de cocaïne, a-t-on appris, ce mardi. « Nous savions que certains mineurs étaient utilisés comme mules mais c’est la première fois que nous en rencontrons une aussi jeune, confie à 20 Minutes le Lieutenant-colonel Philippe Coué, de la SR de Limoges. Elle s’était vue promettre plusieurs milliers d’euros en échange du voyage. »

Dans la culotte, dans la valise et l’estomac

Quatre jours plus tard, un renseignement fourni aux gendarmes a permis d’interpeller une deuxième mule à Orly qui venait, elle aussi, de Cayenne. Agée de 40 ans et originaire du Surinam, cette femme portait 2,8 kilos de la même drogue qu’elle souhaitait acheminer, elle aussi, à Limoges. « Elle avait un boudin contenant 370 g de cocaïne dans la culotte, une double paroi dans sa valise abritant 1,74 kg et 75 ovules avec 738 g dans l’estomac », poursuit Philippe Coué.

>> Insolite: La miss Bolivie était une mule

Au-delà de l’interpellation de ces deux mules, les gendarmes ont pu démanteler le réseau complet qui officiait à Limoges. Au total, cinq personnes ont été mises en examen. Quatre d’entre elles ont été placées en détention provisoire. Visée par une mesure éducative, la mineure de 14 ans a, de son côté, été confiée aux soins des services sociaux.