Pantin : Victime d’une fausse accusation de pédophilie, le directeur d’un centre de loisirs tabassé

FAITS-DIVERS Un couple a été placé en garde à vue lundi à Pantin (Seine-Saint-Denis)…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'un enfant portant un cartable.
Illustration d'un enfant portant un cartable. — BAZIZ CHIBANE/SIPA

Un couple a été placé en en garde à vue ce lundi, soupçonné d’avoir frappé le directeur d’un centre de loisirs de Pantin (Seine-Saint-Denis), accusé à tort de pédophilie.

L’affaire a commencé vendredi dernier : un petit garçon de 5 ans raconte à sa mère avoir été agressé sexuellement par le directeur d’un centre de loisirs de la ville. Le soir même, la mère de famille se rend sur les lieux, où elle croit reconnaître l’agresseur supposé de son fils. Son compagnon, furieux, aurait alors passé à tabac l’agent municipal.

Bras cassé et 45 jours d’ITT 

Le directeur du centre, âgé de 43 ans, est « frappé à coups de casque » de moto au point d’avoir le bras cassé. Il s’est vu prescrire une incapacité totale de travail (ITT) de 45 jours, selon une source policière. Quant au petit garçon, une source proche de l’enquête précise que « dès la première audition par les services de police, il a reconnu avoir menti ».

Le directeur et la mairie ont porté plainte. Leïla Slimane, conseillère municipale à l’enfance, est révoltée : « On ne peut pas se faire justice soi-même. Après ces accusations graves, les parents ne m’ont pas appelée. Ils n’ont prévenu personne, pas même la police ! » a-t-elle déclaré au Parisien.

Le commissariat de Pantin est chargé de l’enquête ouverte pour violences volontaires sur personne chargée d’une mission de service public. Le parquet de Bobigny a classé celle ouverte pour agression sexuelle. Le directeur, arrivé depuis peu à la tête de cette structure, serait par ailleurs « en conflit » avec plusieurs parents d’élèves, toujours selon une source proche de l’enquête.

Les parents, âgés d’une quarantaine d’années, comparaîtront le 17 février devant la 14e chambre du tribunal correctionnel de Bobigny pour violences en réunion sur personne chargée d’une mission de service public, a précisé le parquet.