Grève des chauffeurs de VTC: Uber porte plainte contre trois syndicats

JUSTICE La plainte concerne notamment des « menaces » proférées à l'encontre des chauffeurs Uber sur les réseaux sociaux...

20 Minutes avec AFP

— 

Des CRS interviennent alors que des chauffeurs de VTC en grève bloquent l'autoroute menant à l'aéroport d'Orly, le 17 décembre 2016. AFP PHOTO / Christophe ARCHAMBAULT
Des CRS interviennent alors que des chauffeurs de VTC en grève bloquent l'autoroute menant à l'aéroport d'Orly, le 17 décembre 2016. AFP PHOTO / Christophe ARCHAMBAULT — AFP

La société Uber a annoncé ce dimanche avoir porté plainte contre trois syndicats (Capa-VTC, UNSA-VTC et Actif-VTC) mais aussi contre une dizaine de leurs représentants, dont deux leaders de l’UNSA-VTC et de la Capa-VTC, après les violences qui ont émaillé le mouvement de grève des conducteurs de VTC (voiture de transport avec chauffeur) ce week-end.

>> Lire aussi : «Uber devra nous donner à manger maintenant », prévient un chauffeur de VTC

La plainte vise des faits de « diffamation » et de « menaces », notamment via mes « réseaux sociaux », a indiqué Uber, qui précise que plusieurs de ses chauffeurs ont déjà déposé des mains courantes.

Des menaces « mises à exécution dans la rue »

Selon Uber, les personnes mises en cause ont appelé « à commettre des actes de violence sur les employés et les chauffeurs partenaires ainsi que certains passagers ayant recours à la plateforme. ». Ces menaces ne sont « pas seulement proférées par le biais d’Internet mais également mises à exécution dans la rue, comme nous pouvons le constater en regardant des reportages ou des vidéos circulant sur Internet », estime la plateforme californienne.

De nombreux chauffeurs de VTC ont entamé un mouvement de grève pour protester notamment contre le fait que, le 8 décembre, Uber a relevé de 20 à 25 % la commission qu’elle prélève sur les courses des chauffeurs. Une réunion doit se tenir ce lundi. Alain Vidalies, le secrétaire d’Etat chargé des transports, a convoqué les plateformes VTC et les représentants de chauffeurs pour trouver une sortie de crise au secteur.