«Atteinte à la vie privée»: Julien Courbet condamné à 6.000 euros d'amende

JUSTICE Cette condamnation fait suite à la diffusion, en 2006, d’un témoignage en caméra cachée dans l’émission «Sans aucun doute»…

20 Minutes avec agences

— 

Julien Courbet, en septembre 2014.
Julien Courbet, en septembre 2014. — PJB/SIPA

Six mille euros. C’est l’amende à laquelle a été condamné Julien Courbet ce jeudi par le tribunal correctionnel de Caen (Calvados), pour atteinte à la vie privée dans le cadre de l’émission Sans aucun doute. L’ancien PDG de TF1, Patrick Le Lay, a de son côté écopé de 3.000 euros d’amende.

Il était reproché à l’émission grand public d’avoir, en 2006, diffusé les images et les paroles de la belle-mère d’un homme qui cherchait à récupérer sa fille, dont il avait pourtant obtenu la garde, après une séparation douloureuse.

Une femme filmée et enregistrée à son insu

Au moyen d’une caméra cachée, le père avait filmé sa belle-mère, en se rendant à son domicile. Cette dernière avait également été enregistrée par téléphone, d’après elle à son insu, par une journaliste de l’émission. Et si son visage avait été flouté lors de la diffusion, elle avait été reconnue par des proches et des collègues de travail.

Le père de famille a, lui, été condamné à 1.000 euros avec sursis pour « atteinte à l’intimité de la vie privée par captation ou transmission des paroles d’une personne », et « atteinte à l’intimité de la vie privée par fixation ou transmission de l’image d’une personne ». La journaliste de l’émission, également poursuivie pour complicité, a écopé de 1.500 euros d’amende.

>> A lire aussi : Vie privée: Le site Gossip mis en demeure par la Cnil

De son côté, Julien Courbet a été condamné pour « complicité d’atteinte à l’intimité de la vie privée par captation ou transmission des paroles d’une personne », et « complicité d’atteinte à l’intimité de la vie privée par fixation ou transmission de l’image d’une personne ». Et Patrick Le Lay pour « utilisation d’un document ou enregistrement obtenu par atteinte à la vie privée d’autrui ».