Syrie: Comment aider la population civile depuis la France

SOUTIEN L’horreur de la guerre. Alors que la situation humanitaire ne cesse de se détériorer en Syrie et notamment à Alep, « 20 Minutes » vous propose un dossier spécial sur cette crise sans fin…

F.F.

— 

Alep-Est (Syrie). Des civils fuient les combats qui font rage le 13 décembre 2016.
Alep-Est (Syrie). Des civils fuient les combats qui font rage le 13 décembre 2016. — KARAM AL-MASRI / AFP

Vous vous êtes peut-être déjà posé la question, en voyant des images d’Alep au journal télévisé. Prise au piège des combats qui opposent les forces du régime de Bachar al-Assad, la rébellion et les milices djihadistes parmi lesquelles l’Etat islamique et Jabat al-Nosra, la population civile est désormais en proie à l’une des pires crises humanitaires internationales.

Depuis 2011, la guerre civile en Syrie a fait au moins 312.000 morts et déplacé 6 millions de personnes, sans compter les 4 millions de réfugiés. 20 Minutes vous explique comment venir en aide aux Syriens depuis la France.

>> A lire aussi : Les habitants d’Alep font leurs adieux en vidéo sur les réseaux

 

Donner aux ONG. La guerre a comme toujours laissé la population exsangue. Les salaires syriens n’ont cessé de diminuer quand les prix eux continuent d’augmenter. Les Nations Unies viennent en aide aux populations civiles, comme de nombreuses organisations non-gouvernementales (ONG), présentes sur le terrain : la Croix rouge internationale, Handicap International, mais aussi Action contre la faim, Médecins sans frontière, Médecins du monde ou encore l’Unicef ont besoin de dons pour venir en aide aux Syriens.

L’Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM), une ONG qui réunit une quinzaine d’associations de plusieurs pays, a lancé un appel aux dons.  L’International Rescue Committee (IRC) vient de son côté en aide aux réfugiés.

Le Collectif de développement et de secours syrien (CODSSY) s’est fixé pour mission « d’apporter une aide d’urgence aux victimes du conflit syrien quelles que soient leurs origines ethniques, confessionnelle et socio-économique. (…) Le collectif entend agir dans les domaines sanitaire, médical, alimentaire, éducatif, psychologique et juridique. »

L’association Syria Charity « oeuvre depuis 2011 à l’aide humanitaire et médicale en Syrie et exclusivement à l’intérieur du pays », avec pour particularité d’intervenir « directement, sans intermédiaires, dans les zones les plus touchées ».

Vous pouvez également faire un don aux « casques blancs », des civils reconvertis en secouristes, qui ont failli remporter le prix Nobel de la paix cette année. L’argent est destiné à payer les frais d’hôpitaux des sauveteurs blessés, ou est versé à leurs familles, lorsqu’ils sont tués.

 

Manifester. Les gouvernements sont plus prompts à agir lorsqu’ils sentent la pression de leur opinion publique. D’autant plus l’année d’une élection présidentielle. Plusieurs manifestations ont déjà été organisées dans différentes villes de France, comme mercredi et jeudi à Paris, ce vendredi à Montpellier. A Marseille, Lille et à Lyon, des rassemblements sont prévus ce samedi. Vous pouvez vous tenir informé sur la page Facebook  Alep, Syrie : Arrêtez le massacre - Mobilisation citoyenne.

Tous les jeudis, une « une mobilisation silencieuse et non violente pour dénoncer » la situation en Syrie appelle à se réunir devant l’ambassade syrienne à Paris, place Tardieu : « Comme chaque jeudi, nous irons devant l’Ambassade de Syrie où nous allumerons et déposerons des bougies, en signe de soutien aux populations civiles assiégées victimes de la guerre en Syrie. »
 

Interpeller les élus. Comme nous le disions un peu plus haut, la période électorale est idéale pour interpeller les élus. Sur le site de l’Assemblée nationale, mais aussi du Sénat, vous pouvez écrire directement à la permanence de votre député ou votre sénateur, ou bien téléphoner ou envoyer un courrier postal. Le site de l’Elysée propose également d' écrire au président de la République. Vous pouvez également envoyer un message au Premier ministre sur le site Gouvernement.fr.
 

Pétitionner. L’idée peut faire sourire, mais certaines pétitions ont déjà été signées par plus d’un million de personnes. C’est le cas par exemple de celle d’Avaaz, qui appelle les présidents Obama et Rohani (Iran) à trouver une solution pour arrêter la guerre en Syrie : « Nous vous appelons à mettre de côté vos différences et vous retrouver pour vous engager sur la voie diplomatique et rapprocher les parties belligérantes de la table des négociations pour obtenir un cessez-le-feu et la paix. Vous êtes dans une position unique pour aider à mettre en place cette solution. »

Certaines ONG ont également lancé des pétitions afin d’interpeller les politiques. Médecins du monde appelle à « faire cesser le massacre à Alep », mais aussi Amnesty International, qui demande des comptes à Bachar al-Assad sur les personnes disparues alors qu’elles se trouvaient aux mains du gouvernement : « Signez notre pétition demandant au gouvernement syrien d’autoriser des observateurs indépendants à entrer dans le pays pour inspecter les prisons et les centres de détention dans lesquels des milliers de civils sont détenus. »
 

Et les réfugiés ? Plusieurs millions de Syriens ont fui le conflit et certains ont trouvé refuge en France, où des associations leur viennent en aide. Le site Souria Houria, qui soutient la rébellion, recense de nombreuses initiatives hexagonales. Certaines de ces associations ont besoin d’argent et de bénévoles, comme  Forum réfugiés, qui permet aux Syriens se trouvant en France de trouver de l’aide adaptée à leurs besoins.

 

Retrouvez tous les articles de notre dossier

>> A lire aussi : Réfugiée en France, Aya vit «avec la peur» et craint pour sa famille à Alep

>> A lire aussi : Ces médecins français partis former leurs homologues syriens

>> A lire aussi : Propagande, intox et communication, cette autre guerre qui divise

>> A lire aussi : Comment vit une famille de réfugiés en France ?

>> A lire aussi : Les forces pro-Assad se sont-elles livrées à des violences sexuelles sur les civils à Alep-Est?