Installation des notaires: Le Conseil d'Etat suspend le tirage au sort

NOTARIAT Cette suspension restera en vigueur jusqu’à l’examen au fond du recours…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration de notaires.
Illustration de notaires. — GILE MICHEL/SIPA

Nouveau rebondissement concernant la procédure d’ouverture à la concurrence chez les notaires. Le juge des référés du Conseil d’Etat a suspendu ce mercredi le tirage au sort pour l’attribution de nouveaux offices notariaux, une procédure critiquée pour son opacité. « L’exécution de l’arrêté […] fixant les modalités des opérations de tirages au sort […] relatif à la formation professionnelle dans le notariat et aux conditions d’accès aux fonctions de notaire est suspendue », indique l’ordonnance rendue mercredi.

>> A lire aussi : L’Autorité de la concurrence veut 20% de notaires en plus

Cette suspension restera en vigueur jusqu’à l’examen au fond du recours d’un diplômé notaire parisien qui demande l’annulation de l’arrêté du 14 novembre du Garde des Sceaux fixant les modalités du tirage au sort.

« Pas de règles permettant de s’assurer de la régularité de la procédure »

La loi Macron d’août 2015 est censée ouvrir cette profession très verrouillée à 1.650 nouveaux notaires d’ici 2018 en autorisant l’installation libre sur certaines zones, définies au nombre de 247 par les ministères de la Justice et de l’Economie. Le tirage au sort doit départager le candidat à un nouvel office de notaire lorsqu’il y a, pour une des nouvelles zones créées, un nombre supérieur de candidats au nombre d’offices à attribuer, rappelle le Conseil d’Etat.

>> A lire aussi : Les salariés du notariat mobilisés contre la loi Macron

Dans son ordonnance, le juge des référés estime que le ministre de la Justice n’a pas prévu « de règles permettant de s’assurer de la régularité de la procédure tout au long » de son déroulement, « ni dans l’arrêté, ni dans les autres documents internes adoptés pour la préparation du tirage au sort ». Le juge des référés conclut « que cette insuffisance de garanties procédurales justifie la suspension de l’arrêté ».