VIDEO. L’Etat d’urgence prolongé pour la cinquième fois

SECURITE C’est la plus longue période d’état d’urgence ininterrompue depuis la création de ce régime d’exception pendant la guerre d’Algérie…

20 Minutes avec AFP

— 

Assemblée nationale (illustration).
Assemblée nationale (illustration). — NICOLAS MESSYASZ / SIPA

Et de cinq. L’Assemblée nationale a adopté par 288 voix contre 32, dans la nuit de mardi à mercredi, une nouvelle prolongation de l’état d’urgence post-attentats, jusqu’au 15 juillet 2017, après les élections présidentielle et législatives. La très grande partie de la majorité et de l’opposition ont voté pour. Seuls les députés Front de gauche, les écologistes contestataires et une poignée de députés LR ont voté contre.

Devant une centaine de députés, le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux a souligné que « pèse aujourd’hui sur la France un risque terroriste d’un niveau extrêmement élevé ». Depuis la dernière prolongation votée juste après l’attentat de Nice, « nous avons déjoué par moins de 13 attentats, impliquant une trentaine d’individus », dont des femmes et mineurs, a-t-il plaidé.

Et « l’intense période électorale dans laquelle nous entrons accroît encore le risque de passage à l’acte des terroristes. Il nous faut prendre toutes les précautions pour que ces débats puissent se dérouler dans les meilleures conditions », a-t-il estimé en ouverture.

20 mois consécutifs de ce régime d’exception

Durci par le Parlement depuis un an, le régime d’état d’urgence permet des assignations à résidence, des perquisitions administratives, des interdictions de cortèges, des contrôles d’identité et fouilles de bagages et de véhicules, des fermetures de lieux de réunion…

La prolongation jusqu’au 15 juillet permettra « d’enjamber » l’élection présidentielle d’avril-mai et les élections législatives de juin afin de laisser le soin à un nouveau gouvernement de décider (ou non) d’une sortie de l’état d’urgence. Le projet de loi stipule d’ailleurs que la prolongation ne sera pas interrompue par les démissions du gouvernement suivant les élections

Cette prolongation devrait être votée conforme jeudi au Sénat afin d’éviter une interruption automatique de l’état d’urgence le 22 décembre, quinze jours après la démission du gouvernement Valls. La France connaîtra ainsi sa plus longue période d’état d’urgence ininterrompue - 20 mois - depuis la création de ce régime d’exception pendant la guerre d’Algérie.