Affaire Bamberski: Dieter Krombach autorisé à sortir de prison sous conditions, le parquet fait appel

JUSTICE Le médecin allemand de 82 ans devra toutefois trouver une place dans une structure sanitaire adaptée en France ou Outre-Rhin…

20 Minutes avec AFP
— 
Dieter Krombach (archives).
Dieter Krombach (archives). — SIPA

L’affaire avait défrayé la chronique. La peine de Dieter Krombach, condamné en 2012 à 15 ans de prison pour la mort de sa belle-fille Kalinka Bamberski, va être suspendue pour raison médicale par le tribunal d’application des peines de Melun.

Pour quitter la prison, le médecin allemand de 82 ans, qui a toujours clamé sons innocence, devra trouver une place dans une structure sanitaire adaptée (Ehpad) en France ou Outre-Rhin. Dans ce cas-là, « les autorités allemandes devront reconnaître et exécuter » la décision du tribunal français, a précisé le parquet de Melun. L’avocat de Dieter Krombach, Yves Levano, n’a pas souhaité faire de commentaire.

Le parquet fait appel

Le parquet de Melun a annoncé ce mardi avoir fait appel de la suspension de peine accordée pour raison médicale à Dieter Krombach. « Ces conditions ne nous paraissent pas très sûres juridiquement », a expliqué la procureur, Béatrice Angelelli. Le parquet avait déjà émis un avis défavorable à la libération conditionnelle demandée par le détenu. L’octogénaire souffre d’une « pathologie cardio-vasculaire qui évolue en aggravation et menace le pronostic vital », selon une source proche du dossier.

>> A lire aussi : Condamné en France, Krombach va se tourner vers la justice européenne

L’affaire Dieter Krombach a débuté en 1982 lorsque sa belle-fille Kalinka, alors âgée de 14 ans, avait été retrouvée morte chez lui, au bord du lac de Constance. La justice allemande avait abandonné toute poursuite à son encontre. En 2009, le père de Kalinka, André Bamberski, avait organisé l’enlèvement de Dieter Krombach en Allemagne pour le livrer à la police française.

La justice française a condamné fin 2011 Dieter Krombach à 15 ans de réclusion criminelle, pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». La peine a été confirmée fin 2012 en appel. André Bamberski a quant à lui été condamné en juin 2014 à Mulhouse à un an de prison avec sursis pour l’enlèvement de Dieter Krombach.