Policiers tués à Magnanville: Garde à vue levée pour trois hommes proches de Larossi Abballa

TERRORISME Ils ont été arrêtés lundi par la sous-direction antiterroriste...

G. N. avec AFP

— 

Des forces de police à Magnanville après le meurtre d'un policier et de sa compagne par Larossi Abballa. La famille du terroriste demande l'inhumation de celui-ci à Mantes-la-Jolie (Yvelines). (Illustration)
Des forces de police à Magnanville après le meurtre d'un policier et de sa compagne par Larossi Abballa. La famille du terroriste demande l'inhumation de celui-ci à Mantes-la-Jolie (Yvelines). (Illustration) — REB101/AP/SIPA

Les gardes à vue de trois hommes dans l’entourage du djihadiste Larossi Abballa, qui a tué en juin un policier et sa compagne à Magnanville (Yvelines), ont été levées jeudi soir, a-t-on appris de source judiciaire. Les trois hommes, âgés de 22, 25 et 39 ans, avaient été arrêtés lundi lors d’une opération de la sous-direction antiterroriste (Sdat) de la police judiciaire.

Les enquêteurs cherchaient à savoir s’ils avaient pu être au courant du projet du tueur ou lui avoir apporté une aide logistique, d’après une source proche de l’enquête.

Deux Français mis en examen

Larossi Abballa, 25 ans, a assassiné le 13 juin Jean-Baptiste Salvaing, 42 ans, commandant de police et adjoint du commissariat des Mureaux, et Jessica Schneider, 36 ans, agent administratif du commissariat voisin de Mantes-la-Jolie, à leur domicile de Magnanville, avant d’être abattu par les policiers du Raid. L’attaque a été perpétrée au nom de Daesh.

A ce jour, deux Français sont mis en examen dans cette affaire, Saad Rajraji et Charaf-Din Aberouz, 27 et 29 ans, interpellés au lendemain du double assassinat et soupçonnés d’avoir pu jouer un rôle de soutien logistique.

Rachid Kassim, considéré comme l’un des propagandistes francophones les plus dangereux de l’EI, était en contact avec Abballa via la messagerie cryptée Telegram et est suspecté de l’avoir inspiré depuis la zone irako-syrienne où il s’est réfugié. Kassim est visé par un mandat d’arrêt international.