Saône-et-Loire: Un gendarme de 22 ans se donne la mort sur son lieu de travail

FAITS-DIVERS Cet adjoint volontaire a utilisé son arme de service pour mettre fin à ses jours dans les locaux du Peloton de surveillance et d’intervention de la Gendarmerie (PSIG)...

20 Minutes avec agences

— 

Illustration d'un véhicule de gendarmerie.
Illustration d'un véhicule de gendarmerie. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Un gendarme de 22 ans s’est donné la mort mercredi après-midi sur son lieu de travail à Louhans (Saône-et-Loire), a-t-on appris jeudi auprès de la gendarmerie, confirmant une information du site internet d’informations Creusot infos.

Cet adjoint volontaire a utilisé son arme de service pour mettre fin à ses jours dans les locaux du Peloton de surveillance et d’intervention de la Gendarmerie (PSIG), selon la même source.

25 suicides de gendarmes en 2015

Pour rappel, vendredi dernier en Côte-d’Or, un autre gendarme, père de famille de 47 ans, s’est également suicidé dans les locaux de la gendarmerie à Précy-sous-Thil. En outre, un militaire hébergé au Val-de-Grâce dans le cadre de l’opération de sécurisation Sentinelle a été retrouvé mort ce lundi dans les sous-sols de cet hôpital parisien.

Les premiers éléments de l’enquête laissent, là encore, penser à un suicide. L’homme avait disparu un peu plus tôt avec son arme de service. L’an dernier, 25 gendarmes ont mis fin à leurs jours, soit trois de plus qu’en 2014, selon une étude de l’association professionnelle de gendarmes GendXXI, rendue publique en janvier.