EN DIRECT. Enquête Pisa: Pour la FCPE «l’ascenseur social est toujours en panne, l’escalier est condamné»

LIVE Cette enquête internationale triennale, qui mesure les compétences des élèves de 15 ans, est publiée ce mardi…

Delphine Bancaud

— 

Najat Vallaud-Belkacem participe avec des élèves de 6eme a une classe media au Collège Roland d'Orgeles à Paris en octobre 2016. Credit:Revelli-Beaumont/SIPA.
Najat Vallaud-Belkacem participe avec des élèves de 6eme a une classe media au Collège Roland d'Orgeles à Paris en octobre 2016. Credit:Revelli-Beaumont/SIPA. — SIPA

L’ESSENTIEL :

  • Les résultats de la France sont moyens et ils n’ont pas progressé depuis la dernière édition de l’enquête en 2012.
  • Le nombre d’élèves français jugés performants est supérieur à la moyenne des pays de l’OCDE.
  • Mais la proportion des élèves en difficulté est toujours au-dessus de cette même moyenne OCDE.
  • Le système éducatif français est plus inégalitaire que la plupart des pays de l’OCDE.

A lire aussi:

>> A lire aussi : Etude Pisa: Pourquoi l'école française demeure-t-elle la championne des inégalités scolaires?

 

14h58: Ce live est maintenant terminé

Merci de l'avoir suivi. A suivre sur 20 minutes un article sur les secrets de la réussite de Singapour.

14h54: Pour la ministre, l'école contnue à être efficace pour une majorité d'élèves

 

14h30: Selon une sociologue, Pisa n'est «qu'un indicateur parmi d'autres»

La sociologue Joanie Cayouette-Remblière interrogée sur France Info, «on ne peut pas réduire l'état du système éducatif français à cette mesure». Mais selon elle, l'étude souligne l'inégalité du système scolaire qui a de lourdes conséquences: «L'école détermine les places sociales que les élèves devenus adultes occuperont dans notre société. D'un autre côté, elle ne donne toujours pas ce qu'elle exige. La situation pour les élèves s'aggrave, peut-être parce que l'on donne de plus en plus de place à l'école», indique-t-elle.

 

14h20: Najat Vallaud-Belkacem souligne indirectement que les mesures qu'elle a prises n'ont pas encore eu le temps de porter

 

14h15: Quelles sont les stratégies des autres pays pour favoriser la réussite?

 

14h05: Les opposants politiques de la gauche s'en donnent à coeur joie

 

13h36: Pour la FCPE «l’ascenseur social est toujours en panne, l’escalier est condamné»

La fédération des parents d'élèves souligne le déterminisme social dans le réussite scolaire et envoie un message aux futurs prétendants à l'Elysée: «la FCPE met en garde les politiques et les candidats à la présidentielle qui pourraient être tentés de faire de leur programme éducatif un simple agrégat de solutions magiques, emprunté à des temps révolus et fantasmés, de même que toutes celles et ceux qui proclament que l’autoritarisme et la sélection à tout va, nous permettront d’améliorer les performances de notre système éducatif», indique-t-elle dans un communiqué.

 

13h31: L'enquête Tims avait déjà été mauvaise pour la France

Celle-ci mesurait les performances des élèves de CM1. Et la France avait décroché le bonnet d'âne.

 

13h26: Quelles sont les critiques faites à Pisa?

L'étude porte sur des élèves de 15 ans. Or, dans de nombreux pays, en effet, plusieurs élèves de 15 ans sont sortis du système scolaire. Seuls les meilleurs participent donc à l’étude, contrairement à d’autres pays (comme la France) où de nombreux élèves de 15 ans ont déjà redoublé au moins une fois. D'autre part, comme le déclare  Julien Grenet, chercheur à l’Ecole d’économie de Paris au Monde « Le score moyen de chaque pays est entouré par une incertitude, qui tient au fait que l’enquête porte sur des petits échantillons d’élèves et présente des marges d’erreur,explique cet économiste. Si bien que des pays dont les rangs sont proches dans le classement peuvent avoir des résultats qui ne sont pas statistiquement différents. »

13h18 : Pour les profs du primaire, il faut mettre le paquet sur le premier degré pour progresser

Pour le SNUipp-FSU, l’étude Pisa montre qu' « il est indispensable d’assurer aux enseignants de bonnes conditions pour bien faire leur métier. Cela suppose une formation et un accompagnement de qualité : une formation initiale de deux ans, une formation continue ambitieuse et réelle », explique le premier syndicat des professeurs des écoles dans un communiqué. « Cela suppose aussi de transformer l’école en augmentant le nombre de » Plus de maîtres que de classes «, avec du temps pour travailler en équipe sans amputer sur le temps élèves (au Japon chaque semaine, un enseignant est hors de sa classe, il travaille avec ses collègues), avec des RASED complets car pour certains élèves, l’école ne va pas de soi, et les personnels spécialisés qui composent les réseaux leur apportent des solutions adaptées. Cela suppose enfin des effectifs par classe réduits, car dans ce domaine l’école de notre pays a un nombre d’élèves par classe particulièrement élevé », insiste-t-il.

13h09: Pour s'améliorer en sciences, Youtube peut aider !

 

13h06: Pisa où l'occasion de faire de l'humour sur Twitter

 

12h52: Qui sont les ministres de l'Education comptables des résultats Pisa 2015?

Selon l'historien de l'Education, Claude Lelièvre, les élèves évalués pour Pisa «ont effectué la totalité de leurs parcours élémentaires sous les trois ministres de droite (Gilles de Robien, Xavier Darcos, Luc Chatel) et seulement leurs trois dernières années de scolarité sous trois ministres de gauche (Vincent Peillon essentiellement), étant entendu que les politiques scolaires qu’ils ont pu mener n’ont pu être mis en oeuvre qu’avec un certain »effet retard« dans leurs applications plus ou moins effectives»; indique-t-il dans son blog. 

Et «si l’on tient compte de »cet effet retard« incontournable pour chacun, on peut dire que les élèves testés pour  Pisa 2015 ont eu une scolarité essentiellement sous la houlette des trois ministres de droite», poursuit-il. 

12h43: Il faut prendre les résultats de Pisa avec des pincettes, selon des chercheurs

Interrogés par L'humanité, Bertrand Daunay et Daniel Bart, estime que Pisa présente une vision «orientée» de l'Education . «Qu’une organisation internationale à vocation politique et économique comme l’OCDE ait une orientation idéologique est assez banal et nous, nous ne faisons qu’interroger ce qui est masqué par ce discours d’évidence», indiquent-ils.

 

12h35 : Avec qui la France est-elle ex aequo ?

Les 6.000 jeunes Français testés au printemps 2015 affichent en moyenne un score de 495 points en sciences, équivalent à celui de l’Autriche, les Etats-Unis et la Suède.

12h30: Pour Najat Vallaud-Belkacem, il faut « donner du temps au temps »

Dans un communiqué de presse, la ministre de l'Education indique que «l’École ne mérite pas les oppositions stériles et court-termistes. Elle a besoin que l’on respecte le temps qui est le sien, et que nous rappelle son étymologie grecque, skhôlé, qui désignait un temps libre, un temps libéré des urgences et des contingences quotidiennes». Elle insiste sur le fait qu'il faut «donner du temps au temps», suggérant que les mesures prises par le gouvernement depuis 2012 vont se ressentir à plus long terme.

12h27 : Pisa a moins de retentissement cette année à cause du remaniement

 

12h23: Et si les petits Français étaient trop stressés à l'école?

 

12h18: Comment l'Allemagne a progressé?

 

12h14: Le «Najat» bashing bat son plein sur Twitter

 

12h08: Najat Vallaud-Belkacem plaide pour une stabilité des politiques éducatives

Et l'OCDE aussi d'ailleurs. «C'est en poursuivant la politique de recrutement massif d'enseignants, la formation et les mesures de "considération" en termes de salaires et de conditions de travail, que nous serons en mesure de réparer les fragilités du système éducatif français», a-t-elle indiqué lors de la conférence de presse de l'OCDE.

12h05: Les enfants issus de l'immigration pénalisés

 

Les enfants issus de l'immigration représentent 13% de la classe d'âge des 15 ans en France. Ils affichent des performances en sciences inférieures de 62 points par rapport aux enfants non immigrés, contre 43 points de moins en moyenne de l'OCDE.

11h53: La géographie de la réussite scolaire

 

11h52: Pour retrouver les résultats détaillés de l'Hexagone

 

11h49: La ministre justifie la politique menée depuis 2012 rue de Grenelle

 

11h46: Najat Vallaud-Belkacem reconnait les difficultés de la France à réduire les inégalités scolaires

 

11h45: D'habitude, la communication ministérielle est plus discrète...

 

11h40: L'OCDE exhorte la France à aller plus loin dans ses réformes

Une conférence de presse a lieu ce mardi matin à l'OCDE en présence de la ministre de l'Education et de Gabriela Ramos, directrice du cabinet de l’OCDE. Cette dernière a adressé quelques recommandations à la ministre.

 

11h39: Qui sont les élèves en difficulté?

Environ 20% des élèves des pays de l'OCDE se situent sous le niveau 2, considéré comme le seuil de compétence en culture scientifique.

Autrement dit, ils ne sont pas capables «de s'appuyer sur des connaissances du contenu et des connaissances procédurales élémentaires pour identifier des explications appropriées, interpréter des données et déterminer la question au coeur d'une expérience scientifique simple». En France, la part des élèves les plus faibles est à 22%, un peu supérieure à 2006 (21%).

11h36 : Qu’entend-on par « élèves très performants » ?

Ces élèves « possèdent suffisamment de connaissances et de compétences scientifiques pour les appliquer de manière créative et autonome dans un large éventail de situations, y compris des situations qui ne leur sont pas familières ».

Environ 8% des élèves sont très performants en sciences dans les pays de l'OCDE (la même proportion qu'en France), une proportion qui grimpe à 24% à Singapour. 

11h28: Quels sont les pays en progrès?

Dans le domaine évalué le plus profondément lors de cette éditions 2015, à savoir les sciences, certains pays sont parvenus à bien faire progresser leurs élèves, comme la Colombie, Israël, Macao, le Portugal, le Qatar et la Roumanie.

11h23: Le modèle Filandais perd de la vigeur

A noter un recul de la Finlande, longtemps considérée comme un modèle, en raison d'une moindre proportion d'élèves très performants par rapport à 2006. Mais le pays reste tout de même dans les cinq premiers en ce qui concerne les performances des élèves en sciences!

11h19 : La France reste la championne des inégalités

Elle se distingue encore une fois par le poids de l’origine sociale sur les résultats des enfants. 20 minutes explique pourquoi ici.

 

11h13:Pourquoi cette étude fait autant de bruit?

L'enquête est devenue un baromètre incontournable pour les gouvernements, qui l'invoquent pour justifier des choix parfois aux antipodes.Ce qui est intéressant, c'est qu'elle analyse non seulement les résultats des élèves, mais qu'elle prend en compte les déterminismes sociaux de la réussite. 

 

11h06: Mais au fait comment ça fonctionne Pisa?

Pisa  teste tous les trois ans les compétences des enfants de 15 ans dans trois domaines: compréhension de l'écrit, mathématiques et sciences. Chaque édition met un coup de projecteur sur un domaine: pour l'édition 2015 ce sont les sciences qui ont été mises à l'honneur. L'évaluation se fait via des échantillons représentatifs. Les élèves sont évalués via des QCM et des questions ouvertes. En France, 6.000 élèves ont participé à l'étude 2015.

En plus des tests de compétences, Pisa demande aux élèves de remplir un questionnaire dit «de contexte», pour connaître leur milieu d'origine et leurs sentiments vis-à-vis de l'école, un volet qui participe à la richesse de cette enquête, devenue depuis une dizaine d'années une référence pour l'évaluation des systèmes éducatifs dans le monde. A partir de ces informations, les chercheurs ont conçu un indice de statut économique, social et culturel.

11h02: Singapour caracole en tête de l'enquête Pisa 2015 

Plusieurs pays asiatiques figurent parmi les meilleurs élèves en sciences, mais aussi en lecture et en mathématiques. 

Derrière Singapour figurent le Japon, l'Estonie, Taipei, la Finlande, Macao, le Canada, le Vietnam, Hong Kong et l'ensemble «P-S-J-G» (les villes chinoises de Pékin et Shanghaï et les provinces Jiangsu et Guandong), pour les compétences en sciences.

11h : La France a tout juste la moyenne

Les résultats en sciences des petits Français ont stagné depuis trois ans. Ceux en maths aussi. Mais dans ces deux domaines, la France se situe dans la moyenne des pays de l’OCDE. Seules leurs performances en compréhension de l’écrit ont augmenté en 2015 par rapport à 2012 (+2 points) et la France se situe désormais au-dessus de la moyenne des pays de l’OCDE dans ce domaine.