Procès: Un ancien soldat comparaît ce lundi pour djihadisme

JUSTICE De plus en plus radicalisé, cet homme de 31 ans a déserté en 2010 après plusieurs mois d’arrêt maladie…

F.F.

— 

Une image d'archives datant de 2014 de Daesh à Raqa en Syrie
Une image d'archives datant de 2014 de Daesh à Raqa en Syrie — Uncredited/AP/SIPA

C’est un procès comme la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris en a désormais l’habitude. Trois hommes comparaissent à partir de ce lundi pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Si ce genre de procès est devenu tristement banal, le parcours de l’un des trois prévenus l’est beaucoup moins.

>> A lire aussi : «On risque notre vie pour rentrer de Syrie et on nous traite de terroristes»

Mehdi K., 31 ans, a été soldat pendant cinq ans avant de partir en Syrie pour rejoindre les rangs de l’organisation de l’Etat islamique et Al Qaida, selon Le Parisien. Opérateur tourelle, très exactement. De plus en plus pratiquant, il connaît des soucis avec sa hiérarchie, selon ses dires et décide de déserter en 2010, après plusieurs mois d’arrêt maladie.

Relâché en 2012

Interpellé en 2012 par les services de renseignement, il avoue aux policiers son envie de mourir en martyr et un projet avorté de départ pour l’Afghanistan. Des aveux qui lui valent à l’époque… d’être remis en liberté. En juin 2014, il part pour la Syrie, où il reste dix mois.

A nouveau interpellé et placé en garde à vue en 2015, il reconnaît être parti en Syrie dans un but humanitaire, avant d’avouer qu’il a en fait rejoint Daesh et Jabhat al-Nosra. Mehdi K. aurait été blessé dans les combats avant de décider de rentrer en France. Le procès doit se terminer mardi. Les trois prévenus encourent dix ans de prison.