Alain Soral condamné pour menaces contre une jeune femme qui l’avait éconduit

JUSTICE Il a été reconnu coupable de « menaces d’atteinte à la vie privée » et d'« envoi réitéré de messages malveillants »…

20 Minutes avec AFP

— 

Alain Soral, le 26 janvier 2014.
Alain Soral, le 26 janvier 2014. — MEUNIER AURELIEN/SIPA

Alain Soral a été condamné mardi à une amende pouvant se changer en emprisonnement, pour des menaces et des messages électroniques malveillants adressés à une jeune femme qui avait rejeté ses avances.

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné l’essayiste d’extrême droite Alain Bonnet, dit « Soral », à 120 jours-amendes à 50 euros.

« Menaces d’atteinte à la vie privée »

Une peine de jours-amendes implique que le condamné voit cette peine transformée en emprisonnement s’il ne s’acquitte pas de la totalité de l’amende. Il devra aussi verser à la jeune femme une somme de 8 000 euros (dommages-intérêts et frais de justice).

>> A lire aussi : Alain Soral condamné à six mois de prison avec sursis pour des propos visant les époux Klarsfeld

Le parquet avait requis six mois de prison. Alain Soral a été reconnu coupable de « menaces d’atteinte à la vie privée » et d'« envoi réitéré de messages malveillants ».

« Ton destin c’est d’être une pute à juifs »

Il a été relaxé pour d’autres infractions, par exemple le « harcèlement moral ». Le tribunal a par ailleurs constaté « l’extinction de l’action publique » pour les « injures raciales » qui étaient reprochées à Alain Soral.

Le tribunal a condamné des messages menaçant de faire circuler des photographies dénudées de la jeune femme sur Internet, ainsi que des propos insultants par SMS, tels que « les Blancs prennent les Blacks pour des putes, ce qu’elles sont le plus souvent », « ton destin c’est d’être une pute à juifs ».

>> A lire aussi : Le site d’Alain Soral pris pour cible par le hacker Ulcan

La jeune femme était présente à la lecture du jugement. Alain Soral ne s’était, quant à lui, pas déplacé.

A l’audience du 20 octobre 2016, elle avait expliqué avoir entretenu pendant plusieurs mois une correspondance « courtoise » avec Alain Soral, qui avait changé de ton une fois qu’elle l’avait éconduit.