Emma Morano, la doyenne de l’humanité, fête ses 117 ans ce 29 novembre

LONGEVITE Elle est la dernière survivante connue du XIXe siècle...

20 Minutes avec agences

— 

Emma Morano, 116 ans, pose dans sa maison à Verbania, en Italie le 14 mai 2016
Emma Morano, 116 ans, pose dans sa maison à Verbania, en Italie le 14 mai 2016 — OLIVIER MORIN AFP

Son premier amour a disparu pendant la Première guerre mondiale, elle s’est séparée d’un mari violent juste avant la Seconde et a travaillé jusqu’à ses 75 ans dans une fabrique de sac en toile de jute. Emma Morano, dernière survivante connue du XIXe siècle et doyenne de l’humanité, fête ce mardi ses 117 ans dans son petit appartement de Verbania, au nord de l’Italie.

Pour l’occasion, elle devrait recevoir ce mercredi la visite de quelques proches et journalistes, ainsi que de la maire de la commune, Silvia Marchionini. Un « voyage musical à travers trois siècles » sera également joué en son honneur dans le théâtre de la ville et une biographie romancée, « La femme qui a vu trois siècles », de Renè Papas, sera présentée en avant-première.

Un régime à base de trois œufs par jour

Et si elle raffole de biscuits, la doyenne n’est en revanche pas certaine de toucher à son gâteau d’anniversaire. Celui de ses 116 ayant l’avait rendue malade, comme elle l’avait déclaré fin octobre lors d’un entretien avec l’AFP.

Née le 29 novembre 1899, Emma Morano a suivi les conseils donnés par un médecin lorsqu’elle avait 20 ans, en se nourrissant pendant près d’un siècle de trois œufs par jour (deux crus et un cuit), avec un peu de viande et très peu de fruits ou de légumes.

>> A lire aussi : Le plus vieil homme du monde va célébrer sa Bar Mitzvah 100 ans après

Très indépendante, la doyenne est restée autonome jusqu’à 115 ans, même si elle ne sortait plus de son petit deux-pièces depuis 20 ans. En revanche, depuis l’année dernière elle ne quitte plus son lit et a besoin d’une aide-soignante à plein-temps.