Attentats de novembre: Salah Abdeslam a encore refusé de parler aux juges

TERRORISME Depuis son transfert de Belgique vers la France le 27 avril, il est resté silencieux…

20 Minutes avec AFP
— 
Photo d'archives de Salah Abdeslam, diffusée le 15 novembre 2015 par la police française dans le cadre d'un appel à témoins.
Photo d'archives de Salah Abdeslam, diffusée le 15 novembre 2015 par la police française dans le cadre d'un appel à témoins. — POLICE NATIONALE / AFP

Le suspect clé des attentats de Paris se mure dans le silence. Salah Abdeslam a été extrait ce mardi matin de sa prison pour un interrogatoire chez des juges antiterroristes, mais a refusé une nouvelle fois de s’exprimer. Il a été extrait de sa cellule de Fleury-Mérogis (sud de Paris) au petit matin et son convoi, sous surveillance maximale, est parti vers 7h pour le palais de justice de Paris, selon des sources judiciaires.

>> A lire aussi : Salah Abdeslam refuse toujours de parler au juge

Depuis son transfert de Belgique vers la France le 27 avril, Salah Abdeslam est resté silencieux. En juillet dernier, il avait refusé de se rendre à un interrogatoire du juge antiterroriste. Seul des dix membres des commandos du 13 novembre encore en vie, Salah Abdeslam, 26 ans, avait également refusé de répondre aux questions du juge d’instruction, le 20 mai dernier.

Il n’a à ce jour pas repris d’avocat

Arrêté le 18 mars dans la commune bruxelloise de Molenbeek, où il a grandi, après quatre mois de cavale, il a été mis en examen en France notamment pour assassinats terroristes.

Mi-octobre, ses avocats, le Français Frank Berton et le Belge Sven Mary, avaient renoncé à le défendre, ayant « la conviction qu’il ne s’exprimera pas. » Selon eux, les conditions de détention de leur ancien client, placé à l’isolement et sous vidéosurveillance 24h/24, expliquent son silence face aux juges. Salah Abdeslam, 27 ans, n’a à ce jour pas repris d’avocat, d’après une source proche du dossier.