VIDEO. Procès des paris: 40.000 euros d'amende requis contre Nikola Karabatic

JUSTICE La même amende a été requise à l’encontre de son frère Luka, mais aussi de deux hommes considérés comme les pivots de cette affaire, le buraliste Nicolas Gillet et le joueur slovène Mladen Bojinovic…

Nicolas Bonzom

— 

Nikola Karabatic et sa compagne, à leur arrivée, ce lundi.
Nikola Karabatic et sa compagne, à leur arrivée, ce lundi. — N. Bonzom / Maxele Presse

Les réquisitions sont tombées. Et l’avocat général a eu la dent dure envers les seize prévenus du procès en appel des paris présumés truqués dans le handball. Ce lundi matin, au sixième jour de l’audience, le représentant du ministère public a requis dans l’ensemble des peines plus lourdes (sauf pour les compagnes des frères Karabatic et Enzo Di Guardo) que celles qui ont été prononcées par le tribunal correctionnel de Montpellier en juillet 2015.

Une amende de 40.000 euros a été notamment requise contre les frères Nikola et Luka Karabatic. La même peine a été requise à l’encontre de Nicolas Gillet, buraliste, et le joueur Mladen Bojinovic, considérés comme les pivots de cette affaire.

>> A lire aussi : VIDEO. Procès des paris : Nikola Karabatic tente de démontrer pourquoi le match n'est pas truqué

Pas de prison avec sursis requise

En revanche, il n’a pas requis de prison avec sursis, contrairement à son homologue, le procureur de la République, en 2015. Voici le détail des peines requises :

Nikola Karabatic : 40.000 euros d’amende (contre une peine de 10.000 euros prononcée en première instance).

Luka Karabatic : 40.000 euros d’amende (contre une peine 15.000 euros prononcée en première instance).

Jennifer Priez : 10.000 euros d’amende (contre une peine de 10.000 euros prononcée en première instance).

Géraldine Pillet : 10.000 euros d’amende (contre une peine de 10.000 euros prononcée en première instance).

Mladen Bojinovic : 40.000 euros d’amende (contre une peine de 30.000 euros prononcée en première instance).

Dragan Gajic : 20.000 euros d’amende (contre une peine de 10.000 euros prononcée en première instance).

Samuel Honrubia : 20.000 euros d’amende (contre une peine de 10.000 euros prononcée en première instance).

Mickaël Robin : 20.000 euros d’amende (contre une peine de 5.000 euros prononcée en première instance).

Primoz Prost : 20.000 euros d’amende (contre une peine de 10.000 euros d’amende avec sursis prononcée en première instance).

Issam Tej : 20.000 euros d’amende (contre une peine de 10.000 euros prononcée en première instance).

Enzo Di Guardo : 10.000 euros d’amende (contre une peine de 10.000 euros prononcée en première instance).

Yann Montiège : 10.000 euros d’amende (contre une peine de 5.000 euros prononcée en première instance)

Chokri M’Rassi : 10.000 euros d’amende (contre une peine de 10.000 euros prononcée en première instance).

Ayoub Chah : 10.000 euros d’amende avec sursis (contre une peine de 1.500 euros prononcée en première instance).

Nicolas Gillet : 40.000 euros d’amende (contre une peine de 30.000 euros prononcée en première instance).

Giuseppe Palumbo : 10.000 euros d’amende (contre une peine de 5.000 euros prononcée en première instance).

« Le fait qu’ils soient des stars ne les rend pas plus sympathiques »

Au-delà des peines requises, l’avocat général n’a pas été tendre non plus dans les mots qu’il a eus envers les prévenus, notamment les frères Karabatic, leurs compagnes et les quelques ex-joueurs vedettes du MAHB.

« Les sportifs professionnels ne sont pas forcément les mieux placés pour incarner les valeurs d’éthique et de probité, assure-t-il. Le fait que les prévenus soient des stars ne les rend pas plus sympathiques aux yeux de la justice… »

>> A lire aussi : Procès des paris : Nikola Karabatic « ne savait rien », assure sa compagne Géraldine Pillet

« Des présumés coupables »

Le substitut général a décrit « une fraude collective », un « conflit d’intérêt », avec des prévenus qui ont cherché « à nier l’évidence », expliquant « qu’ils n’étaient pas au courant des paris des uns et des autres ».

« Nous faisons face à des prévenus qui ont détruit des preuves, en effaçant volontairement la mémoire de leurs téléphones portables. Est-ce l’attitude de présumés innocents ? Moi, je dirai plutôt de présumés coupables, qui ont peur que les enquêteurs ne découvrent sur des éléments… »

« Certains ne s’appellent jamais… »

Pour étayer son propos, Bernard Baboulenne a mis le doigt sur les nombreuses relations téléphoniques entre les prévenus, alors que, d’ordinaire, « certains ne s’appellent absolument jamais », comme Géraldine Pillet, la compagne de Nikola Karabatic, et Mladen Bojinovic, ex-star du MAHB.

Autre détail qui a attiré l’attention de l’avocat général : les sommes importantes qui ont été misées, et au même moment : « Par exemple, Géraldine Pillet n’avait à l’époque quasiment aucune ressource… Et elle va miser 1.500 euros. Cela montre que l’on est certain de son coup… »

>> A lire aussi : Procès des paris : « J’étais jeune et un peu bête »… Revivez l’audition des frères Karabatic…

« Nikola Karabatic ? Il n’est pas au courant… »

Et Nikola Karabatic, dans tout ça ? « Nikola Karabatic, c’est celui qui a toujours un train de retard… Son amie a parié 1.500 euros ? Il n’est pas au courant… L’application de paris sportifs téléchargée sur son téléphone ? Il n’est pas au courant », ironise l’avocat général.

Nikola Karabatic, comme son frère Luka et sa compagne Géraldine Pillet, n’étaient pas présents lors du réquisitoire de l’avocat général, qui aura duré plus d’une heure. Seule Jennifer Priez, compagne de Luka, y a assisté du côté du clan Karabatic. Du côté des autres joueurs, Mladen Bojinovic, et Samuel Honrubia étaient notamment présents.