Jacqueline Sauvage renonce à se pourvoir en cassation

JUSTICE Elle se dit « épuisée par ce parcours judiciaire »…

20 Minutes avec AFP
— 
Plusieurs centaines de manifestants ont demandé la grâce présidentielle de Jacqueline Sauvage, le 23 janvier 2016 à Paris.
Plusieurs centaines de manifestants ont demandé la grâce présidentielle de Jacqueline Sauvage, le 23 janvier 2016 à Paris. — SEVGI/SIPA

Nouveau rebondissement dans l’affaire . « Epuisée par son parcours judiciaire », elle renonce avec sa famille « à se pourvoir   », ont déclaré vendredi Me Nathalie Tomasini et Me Janine Bonaggiunta, au lendemain du rejet en appel de sa demande d’aménagement de peine.

, Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari et partiellement graciée par le président, avait vu jeudi  .

Un arrêt qui « n’a pas tenu compte des pièces fournies »

 le 12 août dernier, la cour d’appel de Paris a à son tour rejeté ce jeudi la demande d’aménagement de peine de Jacqueline Sauvage, à laquelle le parquet général ne s’était pourtant pas opposé. Les avocates avaient alors annoncé qu’elles comptaient se pourvoir en cassation contre un arrêt qui « n’a pas tenu compte des pièces fournies », selon elles.


Dans son arrêt, la cour d’appel estime que Jacqueline Sauvage continue « à se poser en victime […] tout en remettant en question l’élément d’intentionnalité », que « sa réflexion demeure pauvre et limitée puisqu’elle peine encore à ce jour à accéder à un réel et authentique sentiment de culpabilité ».

La cour souligne aussi que la rapidité avec laquelle elle a usé de son droit à demander , après  , et la « médiatisation du dossier » ont rendu « sa réflexion et sa prise de conscience plus difficiles et complexes sur le sens de la peine ».