Meurtre dans Hérault: L'homme recherché arrêté et placé en garde à vue

SOCIETE Le suspect a servi dans l'armée et travaillé dans la maison de retraite…

20 Minutes avec AFP

— 

Des pompiers devant l'ephad de Montferrier-sur-Lez (Hérault), le 25 novembre 2016.
Des pompiers devant l'ephad de Montferrier-sur-Lez (Hérault), le 25 novembre 2016. — AP/SIPA

Quelques heures après le meurtre à l’arme blanche jeudi soir d’une employée d’un Ehpad de Montferrier-sur-Lez, les enquêteurs ont arrêté un suspect de 47 ans, lui même ex-employé de la maison de retraite, a appris 20 Minutes auprès de la gendarmerie nationale. L'homme, qui était activement recherché, a été placé en garde à vue ce vendredi vers 18 heures.

>> A lire aussi : VIDEO. Hérault: «Nous nous orientons vers une piste locale»… Le point sur le meurtre dans une maison de retraite

« Aucun élément qui permette de rattacher les faits à du terrorisme islamiste »

« Nous nous orientons sur une piste locale, de quelqu’un qui était dans l’entourage de cette maison », avait déclaré plus tôt ce vendredi au cours d’un point presse le procureur de Montpellier Christophe Barret, excluant a priori un acte terroriste : « Il n’y a aucun élément qui permette de rattacher les faits à du terrorisme islamiste », a-t-il dit.

Peu de temps après les faits, un véhicule a été repéré par les forces de l’ordre déployées autour de l’établissement accueillant d’anciens missionnaires. A l’intérieur se trouvait une arme factice de type Airsoft tirant des billes en plastique et « d’autres éléments qui nous ont permis d’identifier un suspect » dont les motivations précises restent « inconnues », a dit Barret.

Un homme de 47 ans habitant à une dizaine de kilomètres

De source proche de l’enquête, confiée conjointement à la gendarmerie et à la PJ et ouverte pour assassinat et tentative d’assassinat, ces éléments sont notamment des brevets militaires qui ont aidé à identifier un homme de 47 ans habitant à une dizaine de kilomètres.

Ce père de deux enfants a servi dans les troupes parachutistes, mais n’est pas un militaire de carrière, a-t-on encore précisé de source proche du dossier : sans emploi, il vivait de petits travaux, notamment en réparant des vélos.

>> A lire aussi : VIDEO. Meurtre dans une maison de retraite: Le principal suspect est toujours en fuite

« Cet homme reste dangereux et donc il importe si jamais il était repéré de faire le 17 afin d’alerter les services de gendarmerie », a dit au cours de la même conférence de presse le général Jean-Philippe Lecouffe, commandant adjoint de gendarmerie pour la région Occitanie.

Environ 130 gendarmes et des policierstentaient de retrouver le fuyard vendredi matin. A proximité de la maison de retraite « Les Chênes verts », plusieurs barrages étaient encore en place et les véhicules circulant dans le secteur fouillés.