VIDEO. Attentat déjoué: Cinq suspects, plusieurs cibles... François Molins fait le point sur l'enquête

TERRORISME Le procureur de la République de Paris a pris la parole ce vendredi matin au sujet des interpellations du week-end à Strasbourg et Marseille...

Florence Floux
— 
François Molins lors d'une conférence de presse à Paris, le 25 novembre 2016.
François Molins lors d'une conférence de presse à Paris, le 25 novembre 2016. — LIONEL BONAVENTURE / AFP

Pas d’éléments neufs mais davantage de précisions. François Molins, le procureur de la République de Paris, a tenu une conférence de presse ce vendredi matin au sujet des interpellations menées par la DGSI dans la nuit de samedi à dimanche, à Strasbourg (Bas-Rhin) et Marseille (Bouches-du-Rhône).

>> A lire aussi : Un attentat déjoué après plus de huit mois d'enquête

Deux des trois personnes interpellées à Marseille avaient été relâchées dès mercredi. D’après nos informations, il s’agissait du logeur d’un des suspects et d’un des employeurs. François Molins a détaillé les premiers éléments dont disposent les enquêteurs de la DGSI. Voici ce qu’il faut en retenir :

Qui sont les 5 suspects ?

François Molins a donné davantage de précisions sur les cinq suspects, déférés ce vendredi matin en vue d’une mise en examen pour participation à une association de malfaiteurs, acquisition, détention, transport, offre et cession illégale d’armes, le tout en réunion et en lien avec une entreprise terroriste. Les quatre suspects de Strasbourg sont : Yacine B., de nationalité française, né en 1979, sans casier judiciaire,agent périscolaire dans une école de la ville alsacienne ; Hicham M., de nationalité française, né lui aussi en 1979, manutentionnaire, dont le casier comporte 6 condamnations ; Sami B., franco-tunisien, né en 1980, travaillant dans une épicerie, en concubinage, ayant trois enfants ; Zakaria M., franco-marocain, né en 1981, sans casier. Il s’agit d’amis de longue date qui se voyaient régulièrement.

Hicham E. a quant à lui été interpellé à Marseille. Il est marocain, né en 1970 et SDF. Il avait été signalé pour radicalisation, par les autorités portugaises, pays où il résidait, après plusieurs voyages suspects en Europe.

>> A lire aussi : Un animateur périscolaire strasbourgeois interpellé

Qu’a-t-on retrouvé lors des fouilles et des perquisitions ?

Le procureur de la République de Paris a également donné le détail de l’arsenal retrouvé chez certains des suspects. Hicham E., a été arrêté à Marseille en possession de 4.280 euros « destinés à l’acquisition d’armes », d’après François Molins.

Du côté du commando strasbourgeois, des armes ont été retrouvées aux domiciles de deux d’entre eux : chez Yacine B., l’agent périscolaire, les enquêteurs ont saisi une arme de poing Sig Sauer, un pistolet automatique Glock ainsi que des munitions.

Chez Zakaria M. ont été découverts un pistolet automatique, un pistolet-mitrailleur et des minutions. Une clé USB contenant deux fichiers a également été trouvée : un fichier sur la livraison de sommes d’argent, et un second comportant des coordonnées GPS relatives à des armes.

Chez Hicham M. ont également été découverts des écrits d’allégeance à l’Etat islamique, et un cahier glorifiant le djihad armé, la mort en martyr, et al-Baghdadi au domicile de Yacine B.
 

>> A lire aussi : EN DIRECT. Attentat déjoué: Trois des cinq suspects ont montré «des velléités» de rejoindre Daesh en Syrie

Quelle(s) étai (en) t leur(s) cible(s) ?

François Molins a confirmé que les suspects devaient frapper le 1er décembre, « sans que l’on puisse toutefois déterminer à ce stade la cible précise choisie parmi toutes celles que le groupe envisageait ». L’analyse du téléphone et de l’ordinateur de Yacine B. a permis de mettre la main sur des captures d’écran de recherches dans Google Maps de plusieurs lieux, prouvant « une volonté manifeste de trouver des cibles ».

Les cinq hommes étaient-ils en contact ?

Les quatre amis arrêtés à Strasbourg se parlaient souvent à travers une ligne dédiée sur « un réseau fermé ». François Molins a indiqué que pour le moment, aucun contact direct n’a été découvert entre les quatre hommes de Strasbourg et celui de Marseille. Toutefois, ils étaient tous les cinq en contact avec un donneur d’ordre se trouvant en zone irako-syrienne.

Sont-ils tous passés par la Syrie ?

Trois des cinq suspects « ont témoigné de velléités de rejoindre des groupes terroristes en Syrie », a indiqué François Molins. Hicham M. et Yacine B. ont été repérés à la frontière turco-syrienne en mars 2015. Hicham E. a été refoulé par les autorités turques à l’été 2015. Il a quitté son pays, le Maroc pour le Portugal, avec de faux papiers.