Nucléaire: «La situation est très préoccupante», estime le patron de l’Autorité de sûreté nucléaire

ENERGIE « Nous sommes allés de mauvaises de surprises en mauvaises surprises », affirme Pierre-Franck Chevet…

H. B.

— 

Illustration de la centrale nucléaire de Fessenheim.
Illustration de la centrale nucléaire de Fessenheim. — G. VARELA / 20 MINUTES

La situation est « préoccupante ». Pierre-Franck Chevet, président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), s’est déclaré très inquiet de la situation du nucléaire français. Anomalies, documents « falsifiés »… Dans une interview au Figaro, le patron de l’ASN met en garde contre des problèmes posés par les centrales françaises.

Depuis les anomalies découvertes sur la cuve de l’EPR de Flamanville, « nous sommes allés de mauvaises de surprises en mauvaises surprises », affirme-t-il, faisant référence aux douze réacteurs nucléaires arrêtés pour des contrôles sur les générateurs de vapeur.

Les douze réacteurs toujours à l’arrêt

Douze réacteurs de sept centrales nucléaires sont en effet à l’arrêt depuis plusieurs semaines. « Une anomalie générique a été identifiée sur les générateurs de vapeur, entraînant une procédure de contrôle de grande ampleur », a détaillé Pierre-Franck Chevet. « Dans le meilleur des cas », ils seront opérationnels « dans un mois et atteindre leur pleine puissance en janvier » 2017, estime le patron de l’ASN.

Des documents falsifiés

Aux problèmes techniques s’ajoutent d’autres préoccupations. Pierre-Franck Chevet a expliqué que l’ASN avait découvert des « pratiques inacceptables » à l’usine d’Areva au Creusot en Saône-et-Loire, depuis le début des années 1960 : « 400 dossiers « barrés », volontairement cachés au client et à l’ASN, portant sur des anomalies ». L’ASN a aussi retrouvé « des documents de fabrication apparemment falsifiés ».

>> A lire aussi : L'ASN veut renforcer la «robustesse» des centrales françaises

A cause de ces pratiques, près de 10.000 dossiers sont à revoir par Areva, estime Pierre-Franck Chevet. « Un quart concerne les équipements pour le nucléaire en France. Cette revue complète est nécessaire », prévient le patron de l’Autorité de sûreté nucléaire.