VIDEO. Primaire à droite: Fillon et Juppé qualifiés, l'humiliation de Sarkozy éliminé

ELECTION Ce qu'il faut retenir du premier tour de la primaire à droite...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

François Fillon
François Fillon — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Une surprise et une immense humiliation ce dimanche soir, à l’occasion du premier tour de la primaire à droite. Longtemps considéré comme le quatrième homme de cette élection, François Fillon domine largement le scrutin, selon les résultats publiés dimanche soir par la haute autorité de la primaire.

>> Le premier tour de la primaire à droite, en direct dans notre live 

L’amateur de sports automobiles obtient 44,1 % des votes, devant Alain Juppé qui recueille 28,6 % des voix. Nicolas Sarkozy totalise 20,6 %, selon les chiffres publiés lundi à 2h00. Loin derrière, figurent Nathalie Kosciusko-Morizet (2,6 %), Bruno Le Maire (2,4 %), Jean-Frédéric Poisson (1,5 %) et Jean-François Copé (0,3 %).

« Au revoir à tous »

Dans les rangs de François Fillon, l’ambiance est à l’euphorie ce dimanche soir. Depuis son QG, l’ancien Premier ministre s’est félicité devant ses fidèles, lançant : « l’espoir s’est manifesté partout, démentant toutes les prédictions ». Qualifié en 2007 de « collaborateur » par Nicolas Sarkozy, le député de Paris a confié avoir une « pensée particulière » pour l’ancien président. « La défaite ne doit humilier personne parce que l’on aura besoin de tout le monde ».

Pour Nicolas Sarkozy, l’humiliation est pourtant totale. Depuis sa défaite à l’Elysée en 2012, Nicolas Sarkozy était revenu à la tête de l’UMP en 2014 dans la perspective de reconquérir l’Elysée en 2017. Peu après 22h, l’ancien chef de l’Etat a reconnu sa défaite. Il a annoncé apporter sa voix à François Fillon au second tour de la primaire, le 27 novembre. Souhaitant « au revoir à tous », l’ancien président a précisé : « il est temps pour moi maintenant d’aborder une vie avec moins de passions publiques et plus de passions privées ».

>> Les paroles d'«au revoir» de Nicolas Sarkozy, éliminé au premier tour

Arrivé deuxième dans les urnes ce dimanche, Alain Juppé s’est montré combatif, affirmant avoir « décidé de continuer le combat ». « C’est un combat projet contre projet qui s’engage. Ce premier tour consiste une surprise, dimanche prochain sera une autre surprise », a-t-il dit à ses fidèles. Très distancés, Bruno Le Maire a rallié François Fillon, quand Nathalie Kosciusko-Morizet lui a préféré Alain Juppé.