Vivastreet: Les parents d'une jeune fille de 15 ans portent plainte pour proxénétisme

ENQUETE Une rubrique payante réservée aux adultes permettrait de proposer de tels services...

20 Minutes avec agence

— 

Un homme devant un site de rencontre.
Un homme devant un site de rencontre. — EVA HAMBACH/AFP

Les parents d’une jeune fille de 15 ans ont porté plainte, ce mercredi, pour proxénétisme sur mineure contre le site Internet Vivastreet. Leur fille, alors âgée de 14 ans, avait posté sur le site de petites annonces en ligne un texte dans lequel elle proposait des massages en indiquant qu’elle avait 20 ans. Selon le site France Info qui publie ce vendredi une longue enquête, la rubrique payante réservée aux adultes permettrait de proposer de tels services.

>> A lire aussi : Landes: Elle se prostituait grâce à Vivastreet pour rembourser les dettes

L’adolescente est en fuite depuis cinq mois

L’adolescente, qui a maintenant 15 ans, est en fuite depuis cinq mois. Mais avant de quitter le domicile familial, la jeune fille a montré l’annonce qu’elle avait écrite à ses parents. « Je me dis qu’il faut en parler dans les médias pour que ça n’arrive pas à d’autres », a expliqué son père à France Info. Selon ce dernier, sa fille serait aujourd’hui entre les mains « d’un petit caïd » qui la prostituerait et qui ferait travailler plusieurs autres « escortes ». Chacune des filles toucherait environ 8.000 euros par mois.

A noter qu'un journaliste de Secrets d’Info a, lui aussi, mené l’enquête et appelé des annonceurs de la fameuse rubrique « massages ». Bilan : il s’agissait bien d’autres « prestations ». « La demi-heure c’est 100 euros, l’heure c’est 200 euros, je fais tout sauf la sodo et je reçois chez moi », a-t-il entendu au téléphone.

Interrogée par Secrets d'info, Maître Alcaraz, l’avocate de Vivastreet, s’est, elle, réfugiée derrière la modération effectuée par le site pour lutter contre les contenus illégaux, précisant également, que ce dernier est un hébergeur de contenus, mais pas un rédacteur.

>> A lire aussi : Les «sex tours» en province, nouveau mode opératoire des réseaux de proxénètes

Une hausse de la prostitution des mineurs

Reste que la journaliste Laetitia Saveedra a pu, de son côté, rapidement poster sur Vivastreet une annonce proposant des massages et n’a pas eu de mal à convaincre de futurs clients de transformer le « rendez-vous » en relation sexuelle tarifée, qu’elle se soit présentée comme majeure ou mineure.

Depuis deux ans, l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH) a observé une hausse de la prostitution des mineurs. Les chiffres connus sont de 28 mineurs enrôlés en 2014 par des réseaux d’exploitation sexuelle et de 66 en 2015. Selon l'Office, cité par France Info, il apparaît difficile pour les autorités de fermer les sites d’annonces qui n’ont rien d’illégal. Les prostitués proposent des massages et ne font aucunement mention du tarif de la prestation.
 

>> A lire aussi : Prostitution: Des aides financière, sociale et médicale désormais disponibles pour en sortir