Affaire Fiona: Berkane Makhlouf mime comment il a creusé la tombe avec une pelle cassée

PROCES Le quatrième jour du procès de Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf n’a pas permis d’en savoir plus sur les circonstances de la mort de la fillette de 5 ans, en 2013…

Vincent Vantighem

— 

Riom (Puy de Dôme), le 14 novembre 2016. Berkane Makhlouf est interrogé sur la mort de la petite Fiona, en 2013.
Riom (Puy de Dôme), le 14 novembre 2016. Berkane Makhlouf est interrogé sur la mort de la petite Fiona, en 2013. — Benoit PEYRUCQ / AFP

De notre envoyé spécial à la cour d’assises de Riom (Puy de Dôme),

Il était 9h40, ce jeudi, quand la cour d’assises de Riom (Puy de Dôme) a cru que le mystère autour de la mort de Fiona allait enfin être levé. « J’ai jamais frappé ma fille ! », martèle, à ce moment-là, Cécile Bourgeon. Cela fait trois jours qu’elle le dit. Mais cette fois, Berkane Makhlouf, son ancien compagnon d’habitude hagard, réagit. Dans le box des accusés, il se retourne et lâche dans le micro : « Tu ne dis pas la vérité… » Réponse immédiate : « Toi, non plus ! »

>> Reportage: « On est venus voir les monstres » et « surtout ce qui a déconné »

Ce n’est même pas une éraflure sur la carapace de dénégations des deux accusés. Mais Marie Grimaud, l’avocate d’Innocence en danger, veut creuser. « De femme à femme, à quel moment doit-on vous croire ? » Cécile Bourgeon la fixe et assume : « C’est à vous de juger… Moi j’essaye de dire la vérité au maximum. »

Le vomi, le sac, la pelle et la tombe

Alors autant tout tenter. Le corps de la petite découvert le dimanche ? « En position de fœtus dans son lit avec du vomi plein la bouche », dit la mère. Le sac dans lequel il a été transporté ? « 80 cm. Celui de la maternité tout doux à l’intérieur ». La tombe ? Berkane Makhlouf mime comment il l’a creusée avec une pelle cassée… Quant à l’état dans lequel ils étaient ? « Mal… confirme ce dernier. On a écrasé du Skénan (morphine) qu’on a sniffé… »

>> Procès: Pour Berkane Makhlouf, « les enfants, c’est sacré », parole d’honneur…

« Mais pourquoi toute cette mise en scène si vous n’aviez rien à vous reprocher ? », tonne Raphaël Sanesi de Gentile, l’avocat général. « Par peur d’une enquête sociale, poursuit Berkane Makhlouf. On ne voulait pas qu’on nous enlève les autres gamins. Et puis, on avait des plants de cannabis dans l’appart. » De quoi confirmer leur addiction. Pas cerner la vérité.

Un « feu d’artifice » mais pas de bleu

Alors, l’après-midi, les espoirs se reportent sur l’école de la fillette. Assistantes maternelles et institutrices défilent à la barre. Elles sont quatre à l’avoir vue quatre jours avant sa mort. « Blanche », « cernée », « triste », celle qui avait « les plus beaux yeux de l’école » -un « feu d’artifice »- n’allait visiblement pas bien.

Mais aucune des enseignantes n’a remarqué un bleu ou un hématome. A aucun moment au cours de l’année scolaire. Ni celle d’avant d’ailleurs. « Je sais ce qu’est un signalement, se défend même la maîtresse. Mais Fiona me semblait moins en danger que d’autres enfants de sa classe. »

Les avocats de la défense ne se lèvent même pas pour vanter « le professionnalisme » de l’éducation nationale. Le président soupire. Et la cour se remet à se triturer le cerveau pour comprendre pourquoi ses parents ont fait croire à un enlèvement alors qu’ils avaient enterré Fiona aux abords d’une forêt.

Durant ces quatre jours, Berkane Makhlouf l’a-t-il frappé à mort lors d’une seule crise ? La petite a-t-elle avalé de la drogue par mégarde ? A moins qu’elle ne soit tombée en trottinette ? Il reste une semaine pour le découvrir. Pour« coups mortels ayant entraîné la mort sans intention de la donner », les deux accusés risquent toujours trente ans de réclusion.

Suivez ce mardi la suite du procès aux assises grâce à notre journaliste sur Twitter :@vvantighem