VIDEO. Flavie Flament: Des révélations dans «L’Obs» mettent en cause David Hamilton

AGRESSION Le photographe a nié les accusations…

C. Ape.

— 

Le photographe David Hamilton se défend d'avoir violé Flavie Flament
Le photographe David Hamilton se défend d'avoir violé Flavie Flament — MAVILA/SIPA

En octobre dernier, Flavie Flament a révélé dans le livre La Consolation, Ed. JC Lattès, avoir été violée par un célèbre photographe lorsqu’elle avait 13 ans. Dans ce livre, elle raconte comment les souvenirs de ce viol ont ressurgi et comment elle a surmonté ce traumatisme. Cependant, elle n’a jamais donné le nom de son agresseur « à cause du couperet de la prescription concernant ce type de crime ». Mais très vite, le nom du photographe mondialement connu David Hamilton a été évoqué.

>> A lire aussi : Thierry Ardisson dévoile le nom du violeur présumé de Flavie Flament à « Salut les Terriens »

D’autres femmes accusent

Des accusations que ce dernier, aujourd’hui âgé de 83 ans, a démenti. Ce jeudi, d’autres femmes se sont confiées à L’Obs, l'accusant à nouveau et décrivant des faits similaires. Alice et Lucie racontent comment, dans les années 1980, au Cap d’Agde, elles auraient été approchées par le photographe pour faire un essai. « Quand il nous a proposé de faire un essai, mon père était tellement fier, ses yeux brillaient ! », témoigne Alice.

>> A lire aussi : Flavie Flament répond à sa famille qui remet en cause le récit de son viol

Lors de la première séance photo d’Alice, son père serait resté sur la terrasse de l’appartement du photographe. Rassuré, il ne serait pas revenu lors de la séance suivante. Les deux femmes décrivent, comme l’animatrice de télévision dans son livre, des caresses qui auraient dérapé, des pénétrations, peut-on lire sur le site de L’Obs. Alice et Lucie se demandent encore pourquoi elles ne se sont pas enfuies, débattues, et racontent être rentrées chez elles en ayant « honte » et souffrant de « culpabilité ».

Prescription

Dix ans après les faits présumés, en 1997, Alice porte plainte. Lors de la confrontation avec David Hamilton, il rejette ses accusations. La plainte est classée sans suite, explique L’Obs. Alice se porte alors partie civile, mais renonce quand la justice lui demande «30.000 francs de consignation». Pendant des années, Alice tout comme Lucie se seraient tues.

Lorsque l’animatrice de télévision témoigne, il y a quelques semaines, les souvenirs ressurgissent. Alice entre en contacte avec Flavie Flament sur Facebook. Cette dernière se souvient être passée chez Alice avec sa maman avant ses premières séances photo avec David Hamilton. Lucie entre également en contact avec l’ex-compagne de Benjamin Castaldi et découvre qu’elle connaît aussi Alice.

>> A lire aussi : Pourquoi des célébrités témoignent-elles du viol qu'elles ont subi?

Une quatrième femme a affirmé à L’Obs avoir été violée à 14 ans, en 1967, à Ramatuelle, où le photographe possède toujours une maison. Plusieurs décennies après, ces femmes ne peuvent plus poursuivre l’auteur présumé des faits, les viols sur mineur étant prescrits après trente ans.

Indignation

David Hamilton a refusé de répondre aux questions de L'Obs, affirmant qu'il n'a rien à dire de plus que dans son communiqué. A la sortie du livre de Flavie Flament, David Hamilton, a nié les accusations. « Je suis particulièrement indigné par l’absence totale de respect de ma présomption d’innocence et par la volonté à peine dissimulée de certains de s’ériger en juges ou procureurs de la rumeur, si prompts à jeter les pires suspicions à mon égard, sans ne rien chercher d’autre que le scandale, afin de poursuivre leurs noirs desseins », a-t-il expliqué à un site belge.

« Je me réserve le droit le plus absolu de diligenter, en temps voulu, toutes les actions utiles et nécessaires à la défense de mon honneur et de ma réputation, ainsi qu’au respect de la déontologie journalistique la plus élémentaire. Je ne commenterai pas plus amplement les comportements criminels qui me sont imputés par certains et desquels je n’ai jamais été l’auteur », conclut-il.