Affaire Fiona : Une médium trouble l'audience en prétendant révéler le lieu de la tombe présumée de la fillette…

PROCES L’audience de mercredi a été perturbée par le témoignage d’une médium qui assurait connaître le lieu de la tombe de la fillette…

Vincent Vantighem

— 

La médium a prétendu connaître le lieu où était enterrée Fiona...
La médium a prétendu connaître le lieu où était enterrée Fiona... — AFP

De notre envoyé spécial à la cour d’assises de Riom (Puy de Dôme),

Cinq photos. Un gros espoir. Et un immense malaise. Une médium de 47 ans s’est effondrée, mercredi en fin d’après-midi, à la barre de la cour d’assises de Riom (Puy de Dôme), après avoir annoncé que la petite Fiona l’avait contactée, dans l’au-delà, pour lui indiquer l’endroit où Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf l’avaient enterrée, en mai 2013.

>> Fiona: Des photos de la tombe présumée perturbe l'audience

Résidente dans le secteur du lac d’Aydat (Puy de Dôme), Julietta, cette médium, avait pourtant suscité un gros espoir au troisième jour de ce procès censé faire la lumière sur la mort de cette fillette de 5 ans. Dans la nuit de mardi à mercredi, elle avait fait parvenir à l’une des avocates cinq photos de l’endroit présumé de la tombe de la fillette. Un endroit que Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf, les deux accusés, assurent ne plus retrouver dans leurs souvenirs.

« Conseiller de vie, auto-entrepreneur, médium, radiesthésiste »

Averti mercredi matin de ce témoignage de dernière minute, le président de la cour d’assises avait donc décidé d’interrompre l’examen des faits pour la faire venir en urgence à la barre. Quand elle s’est présentée, vers 17h, Julietta a commencé par détailler sa profession. « Conseiller de vie, auto-entrepreneur. » Mais c’est surtout en sa qualité de « médium radiesthésiste » qu’elle a des révélations à faire.

« Fiona m’a contactée au début de l’affaire [après sa mort]. Elle m’a indiqué le lieu où elle est enterrée. A côté d’une pierre, à un endroit où il y a une ficelle rouge et bleue, attaque-t-elle. Elle m’a dit qu’ils [Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf] l’avaient frappée pour une histoire de drogue. Elle avait fait tomber de la drogue par terre… » Mais pourquoi ne pas avoir parlé de tout cela avant ? « Je l’ai fait. Mais la police m’a dit d’arrêter de les faire chier… », avoue la médium.

« Vous avez créé un espoir pour rien »

Si la situation n’était pas tragique et si le père de Fiona n’attendait pas, depuis trois ans, de pouvoir offrir une « sépulture digne » à sa fille, la situation ferait sourire. Mais Fiona mérite mieux que ça. Marie Grimaud, l’avocate contactée par cette médium, s’emporte donc. « Vous avez fait perdre plusieurs heures à la cour d’assises. Ce procès est complexe. Vous avez créé un espoir pour rien… »

>> Le père de Fiona veut savoir où elle est enterrée

L’avocat général est sur la même ligne. Mais alors qu’il s’interroge sur la possibilité d’engager des poursuites à l’encontre de la médium, celle-ci s’effondre sur le parquet. L’audience est suspendue. Les pompiers arrivent. Et la cour, incrédule, se demande jusqu’où ce procès peut mener…

Car, avant que la médium n’intervienne, Berkane Makhlouf et Cécile Bourgeon n’avaient pas levé un coin du voile mystérieux entourant toujours la mort de Fiona. Leur audition doit reprendre jeudi matin. Ils risquent trente ans de réclusion criminelle.