Nucléaire: Les contrôles sur les réacteurs à l’arrêt plus longs que prévu, mais EDF maintient son calendrier

ENERGIE Une anomalie dans la composition de l’acier des générateurs de vapeur est à l’origine des arrêts…

20 Minutes avec AFP

— 

EDF va devoir attendre avant de pouvoir redémarrer ses réacteurs (illustration).
EDF va devoir attendre avant de pouvoir redémarrer ses réacteurs (illustration). — G. VARELA / 20 MINUTES

Fin décembre, début janvier… Les sept réacteurs nucléaires arrêtés par EDF pourraient redémarrer plus tard que ce qui était initialement annoncé. Les contrôles de sûreté prenant plus de temps que prévu, la radio  BFM Business a affirmé ce mardi qu’ils ne devraient pas redémarrer avant début janvier. Alors que l’électricien public table toujours sur un redémarrage fin décembre au plus tard.

>> A lire aussi : Avec des réacteurs nucléaires à l’arrêt, la France va-t-elle manquer d’électricité cet hiver ?

Ces réacteurs font partie d’un total de 12 réacteurs actuellement arrêtés ou qui le seront prochainement pour des contrôles menés à la demande de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en raison d’une anomalie dans la composition de l’acier de leurs générateurs de vapeur, qui présente une teneur excessive en carbone susceptible d’affaiblir leur résistance.

« Des échanges réguliers se poursuivent avec l’ASN »

« Nous attendions des compléments d’informations pour mi-novembre mais nous n’avons pas tout reçu », a indiqué le président de l’ASN, Pierre-Franck Chevet, cité par BFM Business sur son site internet. Il faudra ensuite un mois au gendarme du secteur pour donner ou refuser l’autorisation de redémarrer les sept réacteurs, puis une quinzaine de jours à EDF pour les relancer, selon BFM Business.

« Aujourd’hui, nous sommes dans un processus d’instruction. Des échanges réguliers se poursuivent avec l’ASN », a indiqué à l’AFP un porte-parole d’EDF. Il a confirmé le calendrier communiqué par le groupe début novembre, qui prévoyait le report du redémarrage de certains réacteurs « à fin décembre ».La fermeture des cinq autres réacteurs est étalée jusqu’à la mi-janvier.