Les infos immanquables du jour: «Super-lune», les annonces de Donald Trump et le père de Fiona veut savoir où elle est enterrée

ACTU Ce qu’il ne fallait pas manquer dans l’actualité de ce lundi 14 novembre…

Armelle Le Goff

— 

La Statue de la Liberté, offerte par la France aux Etats-Unis, contemple la super-lune.
La Statue de la Liberté, offerte par la France aux Etats-Unis, contemple la super-lune. — Copyright 2016 The Associated Press. All rights reserved.

L’article le plus partagé du jour : Une « super-Lune » à voir ce lundi dans le ciel mais pas si exceptionnelle que ça

Peut-être qu’en Thaïlande la full moon party du 14 novembre sera encore plus folle que d’habitude. Mais si les participants ont l’impression que la Lune va leur tomber sur la tête, les champignons hallucinogènes ne seront pas les seuls en cause cette fois-ci. Ce jour-là, une « super pleine lune » est attendue. En levant les yeux au ciel, les observateurs la trouveront peut-être plus grosse que d’habitude et plus lumineuse si le temps est de la partie. Il faut dire qu’elle n’aura jamais été aussi proche de la Terre depuis le 26 janvier 1948. Ce jour-là, seulement 356.461 km séparaient le plancher des vaches de l’astre. Pour tout savoir sur cette super-lune c’est par ici.

L’article le plus lu du jour : Salaire de président, juges anti-avortement… Les annonces de Donald Trump sur CBS

Donald Trump dans le texte. Après les déclarations incendiaires du candidat et les propos radoucis du président élu, un certain flou planait sur les intentions du futur dirigeant desEtats-Unis, une fois qu’il serait à la tête du pays. Lors d’une interview sur la chaîne CBS, le milliardaire s’est longuement exprimé sur sa politique future.

L’article à lire du jour : « Je veux savoir où elle est enterrée », réclame le père biologique de Fiona à l’ouverture du procès

La dernière fois qu’il a vu Fiona vivante, Nicolas Chafoulais s’est fracturé le tibia en frappant de rage dans un lampadaire, car il n’en pouvait plus d’être séparé de sa fille. Trois ans plus tard, le père biologique de la fillette souhaite panser son « cœur brisé » devant la cour d’assises de Riom (Puy-de-Dôme). Fiona est morte en 2013. « Et je veux juste savoir maintenant où elle est enterrée exactement », a-t-il lâché à l’ouverture du procès de Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf. Un article à lire par là.