L'Etat d'urgence pourrait bien être prolongé jusqu'à la présidentielle

SECURITE C’est en tout cas ce que pense le rapporteur de la commission d’enquête sur les attentats de 2015…

G. N. avec AFP

— 

Pour le député socialiste Sébastien Pietrasanta, l'Etat d'urgence devrait être prolongé en janvier prochain.
Pour le député socialiste Sébastien Pietrasanta, l'Etat d'urgence devrait être prolongé en janvier prochain. — Kenzo Tribouillard AFP

Sébastien Pietrasanta, rapporteur PS de la commission d’enquête sur les attentats de 2015, a estimé ce samedi que l’état d’urgence sera sans doute prolongé en janvier prochain, « au moins jusqu’à la présidentielle ». L’état d’urgence, instauré après les attaques du 13 novembre, qui ont fait 130 morts, a été prolongé de six mois fin juillet.

« Je l’ai dit en juillet à l’Assemblée nationale : seul un consensus politique, républicain, peut nous en sortir. Mais comment voulez-vous que cette décision soit prise après ce qu’il s’est passé à Nice, entre autres, et alors que nous sommes en pleine période pré-présidentielle ? », fait valoir le député PS dans L’Obs. « Quelle sera la responsabilité de celui, en l’occurrence le président de la République ou le Parlement dans son ensemble, qui lèvera l’état d’urgence ? », ajoute-t-il.

« Je ne me fais aucune illusion »

« Qui osera le faire ? Je ne me fais aucune illusion, je suis convaincu qu’il sera à nouveau prolongé en janvier, au moins jusqu’à l’élection présidentielle » d’avril et mai 2017, prévient Sébastien Pietrasanta, qui regrette la « surenchère » actuelle, liée selon lui à la campagne de la primaire de la droite et à la future campagne présidentielle.

>> A lire aussi : La prolongation de l'état d’urgence est-elle nécessaire pour lutter contre le terrorisme?

Pour lui, inscrire l’état d’urgence dans le temps « revient nécessairement à le galvauder ». « Néanmoins, la prolongation de l’état d’urgence permet la poursuite de certaines assignations à résidence, ou au préfet de prendre des dispositions particulières en matière d’ordre public », explique le député des Hauts-de-Seine.