Pyrénées-Orientales: Les pompiers condamnés à payer 2 millions d’euros après la mort d’un homme

JUSTICE L'intervention, réalisée en 2006, avait tourné au drame...

20 Minutes avec agence

— 

Sapeurs pompiers - Illustration
Sapeurs pompiers - Illustration — GILE MICHEL/SIPA

Deux millions d’euros. C’est la somme de dédommagement que devra verser le service départemental d’incendie et de secours (SDIS) des Pyrénées-Orientales, condamné le 17 octobre dernier par la cour d’appel administrative de Marseille (Bouches-du-Rhône).

En cause : la mort d’un homme de 41 ans, pris en charge en 2006. Cette année-là, alors qu’il est en vacances à Torreilles, il appelle les pompiers, se plaignant de douleurs à la poitrine après un footing.

Dans un état végétatif pendant près de six ans

« Un médecin libéral est présent à bord, mais il doit retourner à son cabinet. Il quitte le véhicule, après avoir constaté l’état stationnaire du patient », raconte France Bleu. Mais juste avant l’arrivée à l’hôpital de Perpignan, l’homme perd connaissance.

Il est placé en position latérale de sécurité, tandis que l’électrocardiogramme, gênant pour les manipulations, est débranché. Sauf qu'« à peine arrivé à l’hôpital, le patient fait un arrêt cardiaque dans la salle des urgences. Il vivra dans « un état végétatif » près de six ans, avant de mourir en 2012.

>> A lire aussi : Des pompiers condamnés... pour avoir mal éteint un feu

Selon la justice, le médecin aurait dû accompagner le patient jusqu’au bout du trajet. Quant aux pompiers, ils auraient commis plusieurs erreurs, notamment en débranchant l’électrocardiogramme. « Le SDIS a jusqu’au 17 décembre pour décider s’il saisit le Conseil d’Etat », indique la radio.