Des crèches de Noël dans les bâtiments publics? Le conseil d'Etat dit «Oui, si...»

LAICITE L’installation d’une crèche dans une mairie ne peut en aucun cas signifier « la reconnaissance d’un culte », a averti le Conseil d’Etat…

20 Minutes avec AFP

— 

Crèche de Noël: illustration
Crèche de Noël: illustration — SEBASTIEN NOGIER / AFP

« Une crèche de Noël est-elle un signe ou emblème religieux dont l’installation dans un bâtiment ou emplacement public est systématiquement interdite par les dispositions de la loi du 9 décembre 1905 garantissant le respect du principe de laïcité ? »

Telle était la question à laquelle le Conseil d’Etat devait répondre ce mercredi.

Des conditions très strictes

La plus haute autorité administrative a estimé que des crèches de Noël pouvaient être installées dans des bâtiments publics, mais seulement sous certaines conditions, selon un communiqué.

Dans une décision prudente, la plus haute autorité administrative a jugé que « dans les bâtiments publics, sièges d’une collectivité publique ou d’un service public, une crèche de Noël ne peut pas être installée, sauf si des circonstances particulières montrent que cette installation présente un caractère culturel, artistique ou festif ».

Une telle installation ne peut en aucun cas signifier « la reconnaissance d’un culte ou une préférence religieuse », a par ailleurs averti le Conseil d’Etat.

« Construire ensemble une société où chacun est respecté »

Dans un communiqué, la conférence des évêques de France dit « prendre note » de cette décision. « La présence d’une crèche dans tous les bâtiments publics n’est pas une revendication de l’Eglise », rappelle-t-elle. « Elle relève sa présence dans divers lieux publics, signe de l’attachement des Français à cette tradition », estime-t-elle par ailleurs.

>> A lire aussi : Des crèches dans les mairies? La loi dit plutôt «oui», mais à trois conditions

Et de poursuivre, « les défis à affronter par notre société dépassent largement la question de la présence des crèches dans les bâtiments publics. Il s’agit de permettre à tous, croyants et non-croyants, de pouvoir affirmer leurs convictions pour construire ensemble une société où chacun est respecté. Rien ne peut nous faire oublier que la fête de Noël est une fête de la paix et que c’est ensemble qu’il faut en préserver le sens. »