Le «plan très haut débit» de la France validé par Bruxelles

INTERNET Le très haut débit pour tous, c'est pour bientôt...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration serveur informatique
Illustration serveur informatique — Jon Elswick/AP/SIPA

Ce feu vert était attendu. La Commission européenne autorise le « plan très haut débit » en France, l’estimant « compatible avec les règles de l’UE en matière d’aides d’État », selon un communiqué diffusé lundi. Mi-septembre, la Commissaire européenne chargée de la Concurrence, Margrethe Vestager, avait indiqué que l’exécutif européen pourrait prendre bientôt « une décision positive ».

Le très haut débit pour tous d’ici 2022

Ce plan, qui prévoit des investissements à hauteur de 13 milliards d’euros, « vise à amener le très haut débit partout en France sans fausser indûment la concurrence », écrit l’exécutif européen dans son communiqué. « Tous les ménages et entreprises français auront accès au très haut débit d’ici à 2022 », a commenté Margrethe Vestager, citée dans le communiqué.

>> A lire aussi : Le secteur de la fibre optique très haut débit pourrait créer 10.000 emplois d'ici 2020

Ce plan « élargit également le choix de fournisseurs. C’est une bonne nouvelle pour les citoyens et pour les petites et moyennes entreprises de France », ajoute-t-elle. « L’accès au très haut débit est aussi une priorité essentielle de notre stratégie pour un marché unique numérique », rappelle-t-elle.

>> A lire aussi : Dans une école alsacienne, la Twictée aide les élèves à apprendre à lire et écrire

50 % des foyers couverts en 2017

Le plan France Très Haut Débit vise une couverture intégrale du territoire d’ici à 2022 en très haut débit, principalement à l’aide de la fibre optique, mais aussi grâce au satellite, à la montée en débit sur le réseau cuivre actuel (ADSL) et à 4G pour les territoires moins accessibles. Une étape intermédiaire table sur 50 % des foyers couverts en 2017.

La Commission européenne est chargée de vérifier si les aides d’Etat octroyées n’entraînent pas une distorsion de la concurrence dans l’UE.