Ex « jungle » de Calais : Une bagarre éclate entre des mineurs érythréens et afghans

FAITS DIVERS Une centaine de jeunes migrants se sont battus entre eux ce dimanche…

20 Minutes avec AFP

— 

Calais, le 25 octobre 2016 - Evacuation de la jungle, camp de migrants
Calais, le 25 octobre 2016 - Evacuation de la jungle, camp de migrants — Olivier Aballain / 20 Minutes

Une rixe a éclaté mardi soir entre une centaine de migrants mineurs sur l’ancienne « jungle » de Calais, dont le démantèlement s’est achevé lundi soir, mais où des mineurs isolés vivent toujours dans les conteneurs du centre d’accueil provisoire (CAP), a-t-on appris de sources concordantes.

Aux alentours de 18 h, « une rixe a éclaté dans la partie sud du campement de la lande de Calais entre plus d’une centaine de migrants mineurs érythréens et afghans », a affirmé la préfecture du Pas-de-Calais. « Les forces de l’ordre sont intervenues immédiatement pour séparer ces deux groupes », a précisé cette source, ajoutant que « le dispositif de sécurité a été renforcé au sein du CAP » et qu’il sera maintenu « toute la nuit ».

Des heurts à proximité de l’église

Les migrants sont actuellement reconduits au sein du centre d’accueil provisoire, selon la préfecture. Ces heurts ont eu lieu à proximité de l’église de la zone sud de la « jungle ». Cette petite église, tout comme deux petites mosquées, n’ont pas encore été démolies « pour permettre aux mineurs encore présents au sein du CAP de s’y recueillir », avait affirmé la préfecture du Pas-de-Calais.

>> A lire aussi : « Jungle » de Calais. Malgré le démantèlement, les problèmes demeurent

Lundi soir, un an et demi après la naissance du camp, le démantèlement de la « jungle » de Calais s’est achevé, mais le gouvernement doit encore régler le sort de ces 1 500 mineurs isolés qui vivent dans le CAP.

Des informations recueillies de plusieurs sources font en effet état de l’affrètement ces jours prochains de nombreux cars pour conduire ces jeunes vers des centres d’accueil et d’orientation pour mineurs. Ces départs pourraient avoir lieu « très prochainement », éventuellement dès mercredi, selon des sources proches du dossier.