Déraillement du TGV Est: Des erreurs de calcul à l'origine de l'accident

ENQUETE Les deux experts, à l’origine du rapport d’enquête, mettent en cause la vitesse choisie avant le jour de l’essai…

H. B.

— 

Eckwersheim, le 15 novembre 2015. - La motrice du TGV est sortie du canal Rhin-Rhône par des grues après son déraillement le 14 novembre 2015 lors de tests sur la LGV Est.
Eckwersheim, le 15 novembre 2015. - La motrice du TGV est sortie du canal Rhin-Rhône par des grues après son déraillement le 14 novembre 2015 lors de tests sur la LGV Est. — G. Varela / 20 Minutes

Avant même qu’il ne se produise, l’accident était « déjà écrit ». C’est ce qu’il ressort du rapport d’étape sur le déraillement du TGV Est qui met clairement en cause les responsables de l’essai qui a causé la mort de 11 personnes le 14 novembre 2015, rapporte Le Parisien. Le rapport pointe notamment une équipe dépourvue des « compétences » nécessaires et « les lois physiques de base inconnues ».

>> A lire aussi : Trois salariés de la SNCF et d’une filiale mis en examen

Les auteurs de cette étude, deux ex-ingénieurs d’Alstom qui ont livré leurs conclusions aux juges d’instruction, mettent surtout en cause la vitesse choisie avant même le jour de l’essai, estimant que «  l’accident était déjà écrit sur les documents en possession de l’équipe de conduite ». « La mise en œuvre des consignes de freinage prévues dans les documents examinés conduisant à faire entrer le train dans la courbe de 945 mètres de rayon à une vitesse supérieure à celle du basculement (déraillement) », précise le rapport.

Un freinage trop tardif

Selon les deux experts, pour passer de 330 km/h à 176 km/h, il aurait fallu freiner trois kilomètres avant la courbe. Or, la feuille de route indiquait un freinage deux kilomètres avant seulement. Fait encore plus aggravant, le cheminot chargé d’encadrer l’équipe a décidé le jour même de repousser encore le freinage d’un kilomètre plus loin.

>> A lire aussi : Un test à risque avait été réalisé trois jours avant le drame

Mi-février, une note d’étape du Bureau d’enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) avait estimé que « la vitesse très excessive de la rame d’essai » était la « cause unique » du déraillement du TGV à Eckwersheim (Bas-Rhin), qui avait fait 11 morts et 42 blessés. Le train avait basculé dans le canal de la Marne au Rhin après avoir abordé une courbe à 265 km/h alors que la vitesse prévue pour cet essai était de 176 km/h.