Le chanteur marocain Saad Lamjarred mis à examen à Paris pour «viol aggravé»

JUSTICE le célèbre chanteur marocain, arrêté à Paris, a été mis en examen ce vendredi pour «viol aggravé» sur une Française...

O. G. avec AFP

— 

Le chanteur marociain Saad Lamjarred le 30 juillet 2015 lors d'un concert à Tunis.
Le chanteur marociain Saad Lamjarred le 30 juillet 2015 lors d'un concert à Tunis. — SIPA

Il était à Paris pour enchanter le Palais des Congrès samedi soir. Mais le célèbre chanteur marocain Saad Lamjarred se retrouve au cœur d’un scandale judiciaire. Arrêté mercredi dans son hôtel parisien, la star a été présentée vendredi matin à la justice puis mis en examen pour « viol aggravé » et « violences volontaires aggravées ».

Soupçonné d’avoir violé une Française de 20 ans, le parquet de Paris a requis le placement du chanteur en détention provisoire. La victime présumée avait déposé plainte mercredi, affirmant avoir été agressée dans la chambre d’hôtel du chanteur.

Déjà poursuivi pour viol aux Etats-Unis

« Elle souffre de lésions traumatiques et est fortement traumatisée. Son récit est tout à fait crédible à ce stade », a relevé une source proche de l’enquête. Sachant que si cette accusation est vraie, ce n’est pas la première fois que le chanteur est poursuivi pour viol. Il a déjà été mis en cause cette année aux Etats-Unis dans une affaire de viol datant de 2010, dans laquelle il a nié toute implication.

>> A lire aussi : Pourquoi des célébrités témoignent-elles du viol qu'elles ont subi?

Réactions au Maroc

Au Maroc, c’est le choc. Le chanteur de 31 ans est une superstar dans le monde arabe et devait se produire à Paris à guichets fermés. « Nouvelle affaire de viol pour Saad », titrait vendredi le quotidien arabophone marocain al-Ahdath, à l’unisson de la plupart des journaux du matin, qui tentaient d’établir les circonstances de l’incident, « toujours imprécises ». Citant un employé de l’hôtel, le journal Al-Akhbar croit savoir que le chanteur a été vu en caleçon courant après la victime.

Même le ministre de la Culture y a été de sa petite phrase. Amine Sbihi a indiqué au site d’information en ligne Le360 que les autorités marocaines « feraient tout le nécessaire pour régler le problème ». Lamjarred est une « grande figure de la chanson marocaine », a souligné le ministre. Citée par la presse locale, la mère du chanteur, Nezha Regragui, elle-même artiste connue auMaroc, s’est dit « convaincu de l’innocence de son fils », affirmant qu’il a été « victime d’un piège ».

>> A lire aussi : En France, la culture du viol continue de faire des ravages

Solidarité sur les réseaux

Et sur les réseaux sociaux, beaucoup prennent la défense de la star. Au point même de partager le hashtag #JeSuisSaadLamjarred. Des célébrités locales et des fans du chanteur affichent leur soutien. « On nous envie (pour notre succès) », assure le chanteur Hatim Ammor, tandis qu’une autre chanteuse, Asma Lmnawar, demande de « respecter la présomption d’innocence ».

Mais certains internautes se disent choqués par ce soutien sans faille d’un violeur présumé. Sur Twitter, une journaliste hollando-marocaine s’interroge : « Je ne comprends pas pourquoi certains Marocains utilisent #jesuisSaadLamjarred, si les agressions sexuelles se révèlent vraies, vous allez passer pour des idiots. »