Le site d’Alain Soral pris pour cible par le hacker Ulcan

PIRATAGE Le pirate informatique détiendrait 80.000 noms d'administrateurs et membres de l'association du polémiste...

C. A.

— 

Le polémiste Alain Soral en 2007
Le polémiste Alain Soral en 2007 — MARTIN BUREAU / AFP

Le site Internet du polémiste antisémite Alain Soral, Egalité et Réconciliation, a été hacké par le pirate informatique franco-israélien Grégory Chelli, plus connu sous le nom d’Ulcan, révèle le Monde ce mercredi.

Selon le quotidien, le pirate aurait commencé à dévoiler mardi soir les noms, numéros de téléphone, mais aussi des adresses électroniques et postales d’une centaine d’administrateurs et membres de l’association.

>> A lire aussi : Ulcan, un «hacktiviste» fier de l'être et qui inquiète

Toutefois, Grégory Chelli dit avoir près de 80.000 noms. Parmi eux se trouveraient également des personnes ayant acheté des produits vendus par le site et ses succursales.

Alain Soral déjà pris pour cible par Ulcan

« En France, le premier site politique français est tenu par un extrémiste. J’exige sa fermeture », a affirmé le hacker au quotidien. Par ailleurs, il menace de prendre contact avec les employeurs des personnes concernées et de les mettre en difficulté.

>> A lire aussi : Stéphane Richard, le PDG d'Orange, porte plainte pour «menaces de mort», le hacker Ulcan soupçonné

Le site d’Alain Soral serait le "site politique" le plus visité de France avec 8.100.000 visites par mois, selon une étude du sociologue Antoine Bevort, professeur au CNAM, et publiée sur un blog de Mediapart. Le Monde note toutefois que la méthodologie de ce classement est contestable. Celle-ci repose sur l’outil américain Alexa, basé sur un échantillon d’utilisateurs majoritairement américains, qui mésestime les audiences des sites non anglophones.

Grégory Chelli s’en est déjà pris au polémiste, en appelant la mère de sa compagne, lui affirmant que sa fille se trouvait dans le coma. Les journalistes Pierre Haski et David Schneidermann ont également été victimes de « swatting » mené par le pirate, un canular qui consiste à envoyer les forces d’intervention de la police chez les victimes. Le hacker, qui vit en Israël, avait accusé les journalistes de parti pris propalestinien.