Cazeneuve rencontre des policiers en colère à Créteil

MANIFESTATION Le ministre de l'Intérieur tente de calmer la grogne qui prend de grandes proportions chez les policiers...

20 Minutes avec AFP

— 

Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, le 10 septembre 2016.
Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, le 10 septembre 2016. — GUILLAUME SOUVANT / AFP

Comment éteindre l'incendie chez les policiers? Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a rencontré dimanche après-midi deux policiers issus du mouvement de protestation des forces de l’ordre, en marge d’un déplacement au commissariat de Créteil (Val-de-Marne), a-t-on appris de sources policières. Les deux fonctionnaires se sont rendus au commissariat de cette commune du sud-est de Paris, afin de rencontrer le ministre, qui les a reçus, a indiqué à l’AFP une source policière, confirmant une information de BFMTV.

Le gouvernement tente de calmer la grogne

Le ministre de l’Intérieur s’est rendu dans deux commissariats, dont celui de Créteil, où il a rencontré une cinquantaine de fonctionnaires de police pendant deux heures et demie. Cette rencontre intervient alors que le gouvernement s’emploie depuis une semaine à apaiser un mouvement de grogne des policiers, qui réclament notamment plus d’effectifs et de moyens matériels, et des peines sévères pour leurs agresseurs. Le mouvement, qui se veut hors cadre syndical, a démarré le 17 octobre en région parisienne, avec une spectaculaire manifestation nocturne sur les Champs-Élysées, de policiers exaspérés par l’attaque au cocktail Molotov de quatre de leurs collègues, le 8 octobre à Viry-Châtillon (Essonne).

Concertations, manifestations... Vers une nouvelle semaine de bras de fer entre policiers et gouvernement

En bravant le devoir de réserve, le mouvement s’est ensuite propagé dans de nombreuses villes, avec des rassemblements quotidiens de quelques dizaines à plusieurs centaines de policiers selon les villes.  Samedi soir, quelques centaines d’entre eux ont manifesté pour la sixième fois de la semaine à Paris. Des rassemblements ont également eu lieu à Strasbourg et Nancy.

Les policiers ont promis de poursuivre leur bras de fer avec le gouvernement et leur hiérarchie, encouragés par une mobilisation que tentent de canaliser les syndicats, dont des représentants doivent être reçus par François Hollande en début de semaine.

Des policiers crient leur colère en famille à Evry