Policiers: Les moyens «nous vous les donnons», le soutien «il vous est acquis», écrit Cazeneuve

SECURITE « Un nouveau palier a été franchi dans la violence à laquelle vous êtes confrontés », déclare notamment le ministre de l’Intérieur dans sa lettre aux policiers…

20 Minutes avec AFP

— 

Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, le 10 septembre 2016.
Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, le 10 septembre 2016. — GUILLAUME SOUVANT / AFP

Bernard Cazeneuve tente à nouveau de calmer le jeu. « Vous demandez des moyens, nous vous les donnons. Vous demandez du soutien, il vous est acquis ». Le ministre de l’Intérieur a renouvelé son « soutien » aux policiers et dit mesurer leurs conditions de travail « éprouvantes », dans une lettre envoyée ce vendredi matin à tous les policiers.

>> A lire aussi :Des concertations dans les départements seront lancées dès lundi

Dans ce courrier, le ministre détaille la série de mesures annoncées ce mercredi pour calmer le mouvement de contestation des agents de police. « Je comprends votre colère » après la série d’ agressions de policiers, écrit-il, « la réponse pénale doit bien entendu être à la mesure de la gravité des faits ».

« Je comprends votre colère »

« Tout comme moi, les Français mesurent les conditions éprouvantes dans lesquelles vous accomplissez vos missions », assure le ministre aux policiers « mobilisés sur tous les fronts à la fois ». Avec l’assassinat d’un couple de policiers en juin à Magnanville (Yvelines) et l’attaque aux cocktails Molotov de policiers à Viry-Châtillon le 8 octobre, « un nouveau palier a été franchi dans la violence à laquelle vous êtes confrontés ».

« Je comprends votre colère, car de tels actes, de telles violences sont intolérables », dit le ministre, « même si celle-ci ne saurait en aucun cas justifier la prise à prise le 18 octobre à Évry de votre directeur général Jean-Marc Falcone », hué à l’issue d’une réunion. Le patron de la police nationale « a toute ma confiance », ajouté le ministre.

>> A lire aussi : Nicolas Sarkozy a-t-il supprimé 13 000 postes de policiers et de gendarmes au cours de son quinquennat?

Dans ce courrier, le ministre se dit « absolument déterminé » à poursuivre, à « un rythme soutenu », « l’indispensable » travail d’allégement des procédures. Il revient sur les moyens accordés par le gouvernement depuis 2012 (renforts des effectifs, feuille de route sociale…) avant de préciser ses annonces de mercredi, notamment le lancement en novembre d’un plan « de sécurité publique » et des concertations « en profondeur » dans chaque département.