Attentats de novembre: Mohamed, le frère de Salah Abdeslam, lui demande de «s’exprimer»

JUSTICE « Salah est plus en retrait, plus renfermé sur lui-même », explique son frère qui lui rend visite tous les trois mois…

20 Minutes avec AFP

— 

Mohamed Abdeslam interrogé par la presse.
Mohamed Abdeslam interrogé par la presse. — Leila Khemissi/AP/SIPA

« Je demande à mon frère de s’exprimer. » Mohamed Abdeslam a déclaré ce lundi qu’il souhaitait que  son frère Salah, suspect-clé des attentats du 13 novembre, parle. Ce dernier a en effet choisi de garder le silence.

« Lors de mes visites en Belgique, j’ai vraiment eu un Salah Abdeslam qui était prêt à s’exprimer. […] Quelques mois après, c’est une autre personne que j’ai en face de moi, j’ai effectivement pu constater que Salah était plus en retrait, qu’il était plus renfermé sur lui-même », a-t-il ajouté ce lundi au micro de RTL.

« Il est quelque part encore plus radicalisé que déradicalisé »

« Cette incarcération, toutes ces conditions qui sont extrêmement difficiles de détention, le renferment sur lui-même et j’ai parfois même l’impression qu’il est quelque part encore plus radicalisé que déradicalisé », a affirmé Mohamed Abdeslam au sujet de son frère, en disant lui rendre visite tous les trois mois.

>> A lire aussi : Isolement, droit de visite, caméras... Toutes les questions autour de la détention d'Abdeslam

Il a également expliqué attendre « beaucoup » du procès, mais « si c’est pour avoir un Salah Abdeslam derrière un box où il ne s’exprime pas, ce sera une déception pour nous tous ».

Convaincus que Salah Abdeslam, placé à l’isolement et surveillé 24h/24 par vidéo dans la prison de Fleury-Mérogis (banlieue parisienne), ne collaborera pas avec la justice et « appliquera le droit au silence » jusqu’au bout, ses avocats ont annoncé la semaine dernière qu’ils renonçaient à le défendre.