Attaque de policiers à Viry-Châtillon: Bernard Cazeneuve annonce des effectifs supplémentaires pour calmer les esprits

SECURITE Le ministre de l'Intérieur adressait son discours annuel aux forces de l'ordre ce mercredi dans un contexte très particulier...

Florence Floux

— 

Quatre agents de police ont été agressé samedi 8 octobre à Viry-Châtillon
Quatre agents de police ont été agressé samedi 8 octobre à Viry-Châtillon — THOMAS SAMSON / AFP

Il était attendu au tournant. Bernard Cazeneuve a délivré son discours aux forces de sécurité ce mercredi après-midi, à l’Ecole militaire de Paris. Un bilan de son action à la tête du ministère de l’Intérieur au cours duquel les syndicats espéraient des annonces, après  l’attaque au cocktail Molotov de quatre policiers à Viry-Châtillon (Essonne), près de la Grande-Borne, le week-end dernier.

>> A lire aussi : Les syndicats de police attendent une «réponse pénale adaptée»

Bernard Cazeneuve a en partie répondu aux attentes des organisations syndicales, en annonçant l’arrivée dans les semaines à venir de 101 policiers supplémentaires en Essonne. « Quarante-cinq sont d’ores et déjà arrivés et 26 prendront très prochainement leurs fonctions, a affirmé le ministre de l’Intérieur à la tribune. Je m’engage également à ce que la Compagnie de sécurisation soit renforcée de 30 fonctionnaires supplémentaires. »

L'appel à la grève du zèle renouvelé

Les déclarations du ministre peinent toutefois à calmer les esprits. Philippe Capon d’Unsa-Police, trouve les annonces insuffisantes : « Il faut arrêter de travailler sur les effectifs de référence. Lorsque vous travaillez dans des quartiers comme la Grande-Borne, vous ne pouvez pas le faire avec des effectifs normaux. Nos collègues là-bas doivent parfois surveiller des chantiers ! »

L’organisation Alliance, renouvelle de son côté son appel à la grève du zèle débutée lundi soir. « On attend des gestes forts. Notre problème, ce sont les causes de cette attaque, c’est l’impunité. On veut une réponse pénale adaptée », indiquait mardi Fabien Vanhemelryck d’Alliance, à 20 Minutes.

« J’aimerais entendre M. Urvoas sur la question »

L’autre revendication des syndicats depuis le début porte effectivement sur une « réponse pénale adaptée ». « J’aimerais beaucoup entendre le ministre de la Justice, M. Urvoas, sur la question », insiste Philippe Capon. Le syndicaliste a également indiqué qu’il demanderait une entrevue au ministre de l’Intérieur très prochainement.

Mardi, le Premier ministre Manuel Valls avait déjà déclaré que les voitures de police seraient bientôt équipées de dispositif anti-caillassage, voire de blindage, et les uniformes rendus plus résistants au feu. Les syndicats estimaient qu’il s’agissait là d’un début de réponse seulement aux problèmes rencontrés dans les quartiers sensibles.

Bernard Cazeneuve a par ailleurs rappelé que « tout est mis en oeuvre pour retrouver et interpeller les auteurs de ces actes barbares » qui « seront […] sévèrement punis ». Un appel à témoins a été lancé lundi par les enquêteurs de la police judiciaire.

L'appel à témoins après l'attaque de Viry-Châtillon.
L'appel à témoins après l'attaque de Viry-Châtillon. - Police nationale