«Sans-dents»: Valérie Trierweiler enfonce François Hollande en dévoilant un SMS (mais se trompe sur la date)

POLEMIQUE Dans un livre publié ce mercredi, le chef de l’Etat qualifie de « trahison » la révélation de ce terme par son ex-compagne…

H. B. avec AFP

— 

Valérie Trierweiler à Paris en décembre 2015
Valérie Trierweiler à Paris en décembre 2015 — Esteban/SIPA

Valérie Trierweiler enfonce le clou. L’ex compagne de François Hollande a de nouveau chargé le président sur Twitter en publiant ce mercredi  un SMS attribué au chef de l’Etat, dans lequel il utilise l’expression « sans-dents », terme qui avait fait scandale lors de la publication du livre de l’ancienne compagne du président de la République en 2014.

« Je suis avec ma copine Bernadette dans une grande manifestation dans son canton. Je lui ai fait un numéro de charme. Mais tu ne dois pas t’inquiéter. Dans son discours, elle a fait un lapsus formidable. Rire général, même chez les sans-dents ». F. Hollande, 31/05/2005. 12h39, peut-on lire sur le compte Twitter de Valérie Trierweiler.

Dans un premier temps, l’ex compagne du président a indiqué que ce SMS datait de 2005, avant de rectifier ce mercredi après-midi la date, toujours sur Twitter. « Rectificatif Pardon : l’année du sms est 2008. Erreur produite à cause du mois 05. Et de mon émotion », a-t-elle écrit.

Une « trahison » pour François Hollande

Dans le livre Un président ne devrait pas dire ça aux éditions Stock publié ce mercredi, François Hollande qualifie de « trahison » la révélation de ce terme par son ex-compagne, dans son livre publié il y a deux ans. « Je lui ai dit : je vois les gens qui viennent vers moi dans les manifestations, ce sont des pauvres, ils sont sans dents ». « C’est odieux, c’est une trahison. Quand je dis : j’aime les gens, c’est vrai », assure-t-il.

>> A lire aussi : «J'ai vécu cette attaque comme un coup porté à ma vie tout entière», confie Hollande

En 2014, lors de la sortie du livre Merci pour ce moment de Valérie Trierweiler, François Hollande avait assuré n’avoir jamais prononcé cette expression et qu’il s’agissait d'« un mensonge ». Valérie Trierweiler avait alors indiqué qu’elle avait des preuves.

« J’ai du mal à saisir la portée de tout ça », lance Le Foll

Interrogé lors de son point de presse hebdomadaire, Stéphane Le Foll s’est d’abord refusé à commenter davantage cette information avant qu’un journaliste ne lui tende son portable pour lui montrer les tweets de Valérie Trierweiler. « En plus, il y en a plusieurs », a-t-il d’abord relevé avant de se plonger longuement dans leur lecture, poursuivie à voix haute, et d’ajouter, visiblement désemparé : « Avec ça, je laisse les Français faire leur jugement ».

« Dans quel contexte, comment c’est écrit, ça sort comme ça, franchement, est-ce que ça remet en cause ce qui a été dit ? », s’est-il ensuite interrogé. « Chacun pourra en faire l’exégèse quand il veut mais moi, franchement, ce que vous me montrez là est plutôt une manière d’alimenter le débat », a enchaîné le porte-parole du gouvernement, en concluant : « Vous me présentez deux tweets que je viens de lire en direct, pour voir, franchement, je laisse après chacun juger mais même moi, j’ai du mal à saisir la portée de tout ça ».