Près de 30% des agriculteurs gagnent moins de 354 euros par mois

SALAIRES Selon la Mutualité sociale agricole, 131.450 exploitants et éleveurs touchent un revenu inférieur au RSA…

H. B. avec AFP

— 

Un agriculteur au Salon de l'agriculture à Paris en 2016 (illustration).
Un agriculteur au Salon de l'agriculture à Paris en 2016 (illustration). — Lewis Joly/SIPA

C’est un constat alarmant. Près de 30 % des agriculteurs imposés au régime réel ont eu des revenus équivalant à 354 euros par mois en 2015, indique la Mutualité sociale agricole (MSA) qui a décortiqué les déclarations de revenus des exploitants en France pour l’année 2015. Au total, 131 450 agriculteurs sont concernés, et touchent donc moins que le RSA (Revenu de solidarité active).

>> A lire aussi : Les appels au secours des agriculteurs suicidaires ont explosé

En 2014, ils étaient 18 % dans cette situation, relève la MSA, inquiète de l’évolution pour 2016, alors que les chiffres concernant les récoltes de l’année n’en finissent pas de dégringoler. La crise conjoncturelle et structurelle de l’agriculture touche tous les secteurs, surtout les exploitants laitiers et les éleveurs bovins. Mais cette année, les céréaliers ont aussi vu fondre la production de blé tendre de 32 % à cause d’une météo défavorable.

200 000 demandes de primes d’activité

Autre signe de la précarité croissante dans le monde paysan, l’explosion de la demande de primes d’activité, le nouveau dispositif pour les travailleurs à revenu modeste qui a remplacé le RSA activité. Alors que la MSA attendait 60 000 demandes pour l’ensemble de 2016, elle en est déjà à 200 000 depuis le début de l’année. Elles concernent pour un tiers les chefs d’exploitation, et pour deux tiers les salariés agricoles.

>> A lire aussi : Pourquoi les agriculteurs sont en colère

Autre fait alarmant, selon des chiffres publiés la semaine passée par Santé Publique France et la MSA, près de 300 agriculteurs se sont suicidés en 2010 et 2011, sur une population de 480 000 personnes. Avec une surmortalité particulièrement marquée chez les éleveurs bovins (lait et viande) âgés de 45 à 54 ans.