Illustration salle de shoot.
Illustration salle de shoot. — Petros Giannakouris/AP/SIPA

DROGUES

La première salle de shoot ouvre cette semaine à Paris

Elle sera réservée aux toxicomanes majeurs qui s’injectent des produits qu’ils apportent eux-mêmes…

Malgré de multiples controverses, la toute première salle d’injection sera inaugurée ce mardi à Paris, révèle Le Monde avant d'ouvrir véritablement ce vendredi. Elle se situera dans un bâtiment de l’hôpital Lariboisière dans le 10e arrondissement. Cette salle de shoot sera réservée  aux toxicomanes majeurs qui s’injectent des produits qu’ils apportent eux-mêmes, sous la supervision de personnes qualifiées, avec du matériel stérile.

En mars dernier, le Conseil de Paris avait voté l’attribution d’une subvention de 850.000 euros pour l’ouverture de cette première salle de consommation à moindre risque (SCMR) ou « salle de shoot », de la capitale. Cette salle sera composée d’un accueil et d’une salle d’attente et de consommation, aménagée sur 450 m2 dans l’enceinte même de l’hôpital. Gérée par l’association Gaia Paris, elle pourra accueillir 200 personnes par jour.

Prochaine ouverture à Strasbourg

Le principe de l’expérimentation des salles de shoot figure dans la loi santé adoptée en décembre 2015 par le Parlement. « Il ne s’agit en aucun cas de banaliser la consommation de drogues. Mais fermer les yeux face à une telle réalité sociale et sanitaire ne fera pas disparaître le problème. La France fait donc le choix d’inclure plutôt que d’exclure. D’accompagner, plutôt que de stigmatiser », avait déclaré en mars dernier  la ministre de la santé Marisol Touraine.

>> A lire aussi : Les «salles de shoot» n'augmentent ni la consommation ni la criminalité, d’après l'OEDT

Une salle de shoot devrait également ouvrir très prochainement à Strasbourg. Ces expérimentations pourraient s’étendre par la suite à d’autres villes.