Partir en vacances avec Meetic, le bon plan pour trouver l'âme sœur?

REPORTAGE Quatre-vingt dix célibataires pendant une semaine dans un club de vacances en Grèce, la recette pour trouver l'amour ?...

Audrey Chauvet

— 

Vacances entre célibataires organisées par Meetic à Naxos (Grèce) le 1er octobre 2016.
Vacances entre célibataires organisées par Meetic à Naxos (Grèce) le 1er octobre 2016. — A.Chauvet/20Minutes

De notre envoyée spéciale à Naxos (Grèce)

Tout a commencé par un avion annulé. « On s’est retrouvé tous les deux là, en galère… ». Malgré la fatigue du voyage, Elodie* a le sourire. Partie ce dernier vendredi de septembre pour ses premières vacances en solo, elle a passé le voyage en compagnie d’Alex*, rencontré le matin même à Roissy. Ce soir, ils poseront le pied sur l’île de Naxos, en Grèce, dans un club de vacances privatisé pendant une semaine par le site de rencontres Meetic pour les célibataires qui se sont lancés, comme eux, dans l’aventure « Away to meet » [partir pour se rencontrer].

>> A lire aussi : Comment le marché des vacances de célibataires se développe

Stratégie de différenciation et buffet à volonté

Ces séjours sont une nouvelle déclinaison des « événements » Meetic, lancés il y a trois ans. Après avoir organisé plus de 6.000 apéritifs, cours de cuisine ou ateliers théâtre, le groupe a décidé « de devenir organisateur de voyages », se félicite Héloïse des Moustiers, directrice marketing de Meetic. Après un séjour sportif en Suisse en juillet et une semaine de détente en Corse fin août, le départ pour Naxos est le dernier de la saison. Les activités prévues, des jeux de plage aux soirées en boîte, sont destinées à favoriser le rapprochement entre les participants. Et peut-être trouver l’amour.

A 34 ans, Elodie a franchi le pas des vacances Meetic « pour me booster un peu… », confie-t-elle pudiquement. Cette semaine, elle va avoir l’embarras du choix : le groupe est composé à parité de 45 femmes et surtout, pour Elodie, 45 hommes célibataires, français, italiens, anglais, allemands.

Photo de groupe sur la plage lors du séjour organisé par Meetic à Naxos (Grèce), le 1er octobre 2016.
Photo de groupe sur la plage lors du séjour organisé par Meetic à Naxos (Grèce), le 1er octobre 2016. - A.Chauvet/20Minutes

Tous ne sont toutefois pas là pour rencontrer l’âme sœur. Jérémie* et ses deux potes, trentenaires lyonnais, sont venus « parce que c’était pas cher, c’était la bonne période pour nous et sans familles dans le club on se dit que l’ambiance sera plus festive ». Ils assurent ne pas être là pour « choper » tous les soirs, encore moins pour rencontrer la femme de leur vie : « S’il y a un bonus tant mieux, mais ce n’est pas le but ».

Pour 700 euros la semaine, les trois amis vont pouvoir profiter de la plage, de la piscine, manger et boire à volonté… Un prix qui a aussi séduit Gabriel*, venu avec un ami : « On ne te fait pas payer le fait d’être célibataire », explique-t-il. Les prix bas sont un argument de poids, reconnaît Héloïse des Moustiers : « Habituellement, les gens qui partent seuls doivent payer un supplément, ici c’est l’inverse : on leur propose un prix défiant toute concurrence ». L’objectif de Meetic n’est pas de gagner beaucoup d’argent avec ces voyages, « même si on essaye de ne pas en perdre, admet la directrice marketing. Ce que nous recherchons surtout, c’est la différenciation par rapport à nos concurrents. »

>> A lire aussi : Comment le tourisme pour célibataires se développe peu à peu

Courtoisie en boîte de nuit

Samedi matin, le soleil grec brûle et la fatigue du voyage a laissé la place à l’envie de s’amuser. Dès 10h, les vaillants animateurs du club rameutent tout le monde pour former des équipes sur la plage : on apprend à se connaître en tournant autour d’un pied de parasol. Monique*, la cinquantaine, est ravie d’être là. C’est une récidiviste : elle a déjà participé au voyage organisé à Borgo (Haute-Corse). Elle est inscrite sur Meetic mais n’est pas ici pour rencontrer des hommes « parce que je suis trop vieille », pense-t-elle.

La moyenne d’âge du groupe est pourtant entre 40 et 45 ans. « Des hommes, j’en rencontre à Nice, où je vis, sans problème. Ici, on crée des amitiés », assure-t-elle en souriant à Lucia*, une architecte milanaise d’une quarantaine d’années qui a aussi rempilé après la Corse. « C’est plus facile de rencontrer des gens ici. Quand on est avec des couples, c’est plus dur de leur parler », explique l’Italienne. Olivia*, la quarantaine, acquiesce : « Ici, les gens ont envie de faire connaissance, sans forcément chercher à faire une rencontre amoureuse ». Vraiment ? « Les relations entre les gens sont un peu biaisées, nuance Pascal*, trentenaire de la région parisienne. Il y a toujours un moment dans la discussion où tu te sens obligé de préciser tes intentions…. »

Début de soirée dansante au club privatisé par Meetic à Naxos (Grèce), le 1er octobre 2016.
Début de soirée dansante au club privatisé par Meetic à Naxos (Grèce), le 1er octobre 2016. - A.Chauvet/20Minutes

 

Les conversations restent toutefois « courtoises », observe Gabriel. L’ambiance est sage, loin de l’image débridée qu’on pourrait avoir d’un club pour célibataires. Même le soir, après le cours de merengue, la pré-soirée avec cocktails à volonté et la nuit en boîte, on ne déplore aucun cas de drague lourde. Simplement des gens qui se parlent, qui s’amusent et qui peut-être finiront par développer des affinités.

« Etre en vacances, souriant, passer de bons moments, c’est être dans les meilleures dispositions pour la rencontre, assure Héloïse des Moustiers. Nous ne garantissons pas que vous trouverez l’amour, mais nous voulons être des facilitateurs de rencontre aussi bien en ligne que dans le monde réel. » Cet hiver, Meetic organisera des week-ends dans plusieurs capitales européennes, les « Single city trip », qui commenceront par Paris début novembre. Pour 250 euros, les célibataires pourront profiter de toutes les beautés de la capitale en deux jours. Et peut-être, comme Elodie ou Jérémie, repartir moins seuls qu’ils ne sont arrivés.

*Les prénoms ont été changés.