VIDEO. Bastia: Quatre blessés parmi les forces de sécurité lors d'incidents avec des jeunes nationalistes

CORSE Plusieurs dizaines de nationalistes s’étaient rassemblés pour protester contre les réquisitions à l'encontre de trois de leurs camarades jugés à Paris...

M.C. avec AFP

— 

Affrontements entre nationalistes corses et forces de sécurité à Bastia, le 5 octobre 2016.
Affrontements entre nationalistes corses et forces de sécurité à Bastia, le 5 octobre 2016. — Youtube

Un rassemblement de soutien qui tourne à l’affrontement violent. Quatre membres des forces de sécurité ont été blessés mercredi soir à Bastia lors d’incidents avec plusieurs dizaines de jeunes nationalistes corses dénonçant les réquisitions du ministère public contre trois de leurs camarades jugés à Paris.

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a condamné dans un communiqué « avec la plus grande fermeté les dégradations et les violences inacceptables » perpétrées par des jeunes gens, certains cagoulés, qui ont lancé des cocktails Molotov et incendié des conteneurs à ordures sur la place du marché, au centre de Bastia. Un véhicule stationné a partiellement brûlé. Quatre membres de forces de sécurité ont été blessés et il n’y a pas eu d’interpellation, ont indiqué les responsables du maintien de l’ordre.

Jugés pour avoir lancé une voiture bélier contre la sous-préfecture

Un graffiti « Liberta, Francia fora » (Liberté, France dehors) a été tracé durant les échauffourées sur la façade la Banque de France située sur le cours Pierangeli reliant les places du marché et Saint-Nicolas. L’artère a ensuite été bouclée par un cordon de gendarmes mobiles. Un petit groupe était retranché à 22h sur la place du Marché fermée par les forces de sécurité mais sans autres incidents.

Plusieurs dizaines de nationalistes s’étaient rassemblés en fin d’après-midi place Saint-Nicolas à l’appel de l’organisation Ghjuventu Indipendentista (GI, Jeunesse indépendantiste). Ce rassemblement a été organisé pour dénoncer les réquisitions au procès de Paris des auteurs présumés d’un attentat contre la sous-préfecture de Corte (Haute-Corse), en 2012.

>> A lire aussi : Trois jeunes nationalistes jugés pour un attentat à la voiture bélier

Devant la cour d’assises spéciale de Paris, le ministère public a requis mercredi de 6 à 8 ans de prison contre trois militants de GI, Nicolas Battini, Stéphane Tomasini et Jean-Baptiste Verdi, âgés de 22 à 24 ans. Ils sont jugés pour avoir lancé une voiture bélier contre une porte de la sous-préfecture de Corte, le 1er avril 2012, puis de l’avoir incendiée.

Huit ans ont été requis contre Nicolas Battini, seul accusé à comparaître détenu, et six ans contre Stéphane Tomasini et Jean-Baptiste Verdi, le premier comparaissant libre et le second étant en fuite et jugé par défaut.